Opération blanchiment en Beaujolais

Point de salut hors de la prémiumisation nous dit-on ! C’est en tout cas le mot d’ordre actuel des experts vinicoles qui s’accordent à dire que la déconsommation générale (-2% des ventes dans le monde en 2022 d’après l’institut ISWR) doit être compensée par une montée en gamme. Les consommateurs se voudraient sélectifs et voudraient boire moins mais mieux : une tendance alimentée par un désir de qualité, d’authenticité et de différenciation s’affirme-t-il cette année à Wine Paris.

Il est vrai que si les volumes totaux de vin consommés ont diminué aux USA en 2022, c’est à dire dans la région du globe qui reflète le mieux la tendance mondiale, le segment des vins de qualité supérieure y a augmenté, lui, de 6% selon cet institut.

les blancs à la manoeuvre

Et il y a des vins qui s’en sortent mieux : depuis 2008 cette augmentation est liée au boom des effervescents précise Giorgio Delgrosso de l’OIV (Organisation Intenrationale de la Vigne et du vin) : Prosecco, en Italie, Crémants en France, Cava en Espagne.

les effervescents ont créé une appétance pour les blancs<span class="su-quote-cite">OIV</span>

Aujourd’hui les blancs qu’ils soient tranquilles ou effervescents représentent 49,3% de la part des vins dans la production mondiale et  en France restent en tête cette année encore parmi les couleurs de vin privilégiées par les consommateurs de vin selon le baromètre Sowine/Dynata.

la course en tête du chardonnay

En haut du podium : le cépage chardonnay (plus de 30% du vignoble blanc mondial), suivi du sauvignon blanc (20%), puis du trebbiano toscano appelé ugni blanc B en France -le cépage du cognac- (18%), le rkatsiteli dans toutes régions autour de la mer Noire (12%), le riesling (10%) et le pinot gris (9%).

Plusieurs régions françaises tirent leur épingle du jeu : en particulier les vignerons de la vallée de la Loire dont la moitié du vignoble produit des vins de cette couleur. Un exemple inspirant.

la vague Beaujolais blanc

A deux coudées du vignoble ligérien et de la Côte-roannaise, sur l’autre versant du Massif Central : le Beaujolais, connu principalement pour son gamay noir à jus blanc et pour son vin canaille au gout de banane que bien des Beaujolaises et des Beaujolais aimeraient un jour faire oublier.

Car le Beaujolais connait de grandes appellations parmi ses 12 AOC comme Morgon, Brouilly, Chiroubles, Moulin à Vent et j’en passe, sur des terroirs dont la diversité est impressionnante ! Des appellations monocépages très majoritairement rouges (95%).

Mais les choses sont en train de changer boostées par des néo-vignerons qui trouvent ici deux cépages uniques à travailler et des terroirs hors du commun.

300 variantes de sols

Les terroirs parlons-en. Pas facile de les identifier sur cette carte minuscule. Vous pourrez les retrouver détaillés en 7 secteurs ici.

Ils sont assis sur une multitude de sols différents : plus de 300 variantes ont été recensées, des granites et schistes du nord aux argilo-calcaires de la région des Pierres Dorées*.

Le vignoble a hérité sur ce petit territoire d’une des géologies les plus riches et les plus complexes de France. Qui s’est traduit par l’obtention en 2018 du label « Géoparc mondial UNESCO« .

Et le chardonnay y a sa place depuis 1946, date à laquelle la famille Mathelin, pionnière en la matière, plante au coeur des Pierres Dorées ce cépage blanc. Nous sommes ici sur un sol argilo-calcaire typique du sud du Beaujolais et assez semblable à celui qu’on trouve sous les vignes bourguignonnes. Ce sera le coup d’envoi de l’appellation Beaujolais blanc.

Aujourd’hui de plus en plus de vignerons en produisent et complètent ainsi leur gamme de vins : à l’image de la famille Geoffray au Château Thivin qui a arraché les gamay sur ses parcelles argilo-calcaires pour y replanter du chardonnay. Plus de 500 domaines sur les 2000 que compte la région font les blancs du Beaujolais en AOC Beaujolais et AOC Beaujolais Villages. Le chardonnay représente désormais 4% du vignoble de la région et 2,8 millions de bouteilles.

blanc et premium : la combinaison gagnante ?

Pour le sommelier Gaétan Bouvier, le chardonnay est une véritable éponge à terroirs ! Mais c’est un discret, un  taiseux au départ… Alors quand on a autant de terroirs à sa disposition…

le Chardonnay est une éponge à terroirs !<span class="su-quote-cite">Gaëtan Bouvier</span>

Ce sont des vins destinés à être consommés plutôt jeunes : entre 1 à 4 ans. Alors, parce qu’on est plutôt joueur, nous avons choisi de tester plusieurs vins de 2022**, une année pour laquelle, en Beaujolais aussi, l’acidité reste un enjeu.

Famille Descombe Beaujolais Blanc Pierres Dorées 2022 – 12,5°

Il est issu d’une parcelle en agroécologie, vendange manuelle en grappes entières. Une partie de l’élevage est réalisée en cuve béton ovoïde l’autre en cuve inox 12 mois.

Un nez floral fruité. En bouche des notes minérales et acidulés. Un vin qui n’est pas beurré comme pourrait l’être un bourgogne, plutôt sapide, fin.

Si le domaine suggère un accord avec une andouillette, un curry de légumes, des fromages de chèvre, le sommelier Gaétan Bouvier nous propose un accord gastronomique avec une sauce au beurre ou des cuisses de grenouille au cresson.

Domaine Striffling Beaujolais Villages Blanc « Granit » 2022 – 13,5°

Les vignes sont plantées sur des sols de moraines glaciaires (empilement de blocs, galets, cailloux) . Un vin biologique en vendange manuelle avec une fermentation par levures indigènes, sans fermentation malolactique puis un élevage sur lie en barrique de 6 vins pendant 3 mois.

Un nez aromatique, poire, amande grillée. En bouche un vin texturé, avec des notes d’agrumes, de poire, légèrement minéral, granit oblige.

Le vigneron suggère  une dégustation à vocation apéritive, ou bien avec des poissons à la crème, ou encore un dessert au chocolat. Le sommelier précise la pêche : un omble chevalier ou encore un salmonidé.

Château Thivin Beaujolais Blanc « Marguerite » 2022 – 13°

Des vignes conduites en agriculture biologique. Vendange manuelle, pressurage avec un pressoir pneumatique. Après une clarification par le froid, le jus issu du pressoir est entonné dans des barriques qui ont de 1 à 10 vins. Fermentations et élevage sur lies fines pendant 8 mois.

Au nez on retrouve des arômes de fleurs blanches et d’agrumes. En bouche c’est un vin rond, complexe avec beaucoup de longueur.

Le vigneron recommande son vin avec les poissons de rivières et de lacs ; brochets, truites, sandres…

Domaine des Nugues Beaujolais – Lancié Blanc 2022 – 13°

Les vignes sont situées sur un secteur venteux plantées sur un poype (buttes de terre) argilo calcaire du village de Lancié. Vendange mécanique

Un pressurage direct, débourbage, double fermentation puis élevage sur lie fine en cuve pendant 6 mois. Pas de bois.

Au nez, on retrouve les notes de fleurs blanches et d’agrumes propres à ce cépage. En bouche une bonne longueur. C’est le chardonnay brut, sans fard, avec une acidité modérée.

Le sommelier remarque qu’il est plus discret en dégustation mais qu’il s’épanouit en gastronomie avec ses notes d’umami. Il booste un plat active la salivation et arrondit la bouche. Le vigneron suggère un accord avec des crustacés, des poissons ou des fromages de chèvres.

Château des Jacques Beaujolais Blanc « Clos de Loyse » 2022 – 13°

En aval des crus Chénas et Juliénas et à quelques kilomètres à peine de Fuissé, le Clos de Loyse Ici en Beaujolais, mais quelques parcelles peuvent être commercialisées en Bourgogne Clos de Loyse. Plus facile à l’export !

Les vignes sont plantées sur un sol de dépôts anciens de piémont posé sur une roche-mère granitique. Il est vinifié en cuve inox et élevé sur lies.

Il a un effet minéralisant à la limite de l’exotisme avec un aspect mûr sans doute dû à l’année. On conserve la minéralité du terroir la sapidité et l’acidité propre au Beaujolais.

François

*A noter l’arrivée d’une mention « Pierres Dorées » sur l’étiquette, approuvée par l’INAO.

**Dégustation à l’occasion d’une Masterclass « le Mouvement Beaujolais Blanc » proposée lors de Wine Paris 2024 et animée par Gaëtan Bouvier.

Image à la Une : site officiel des vins du Beaujolais

 

Ecrit par Francois SAIAS
--------------------------------------------------------------- Scénariste, réalisateur, documentariste pendant de nombreuses années, François a gardé la curiosité de son premier métier et s'est investi depuis dans le monde du vin, ses rouages, son organisation, ses modes de fonctionnement.
Catégories : cépages et terroirs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé © 2023 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !