Majorque#2 : quel enthousiasme !

Allons maintenant légèrement vers Porreres rencontrer la Bodega Can Feliu, un domaine récent situé un peu plus au sud, ou plutôt la renaissance d’un vignoble éteint datant du 18ème siècle, qui ose prendre des risques et tente une aventure intéressante en bio et biodynamie, certifié Demeter depuis cette année.

Situé au cœur de la campagne majorquine, l’ecoagroturismo Can Feliu est avant tout un ensemble hôtelier discret au bout d’une petite route sinueuse écrasée par le soleil.

Au début les vignes ne furent plantées que pour donner du cachet aux jardins de la belle bâtisse.

 

Carlos m’explique la genèse du projet : Nous avons débuté dans le vin un peu par accident. J’ai planté notre premier vignoble en 1999 avec la seule intention de faire de notre ferme un bel hôtel et de lui offrir un peu de verdure durant les étés arides. En 2003, le domaine viticole que nous voulions créer n’a pas pu se réaliser, j’ai alors décidé de commencer une nouvelle aventure avec un fou de vins qui m’a aidé à produire mon premier millésime.

Sans connaissance, ni expérience ni structure, nous sommes parvenu à vinifier 900 litres de cabernet sauvignon.

Des choix orientés vers la qualité

Dès les premières vendanges, les riches clients de l’hôtel ont manifesté leur intérêt et proposé de mettre en place un négoce, puis fait élaborer des cuvées nominatives pour exporter dans leurs réseaux en Suisse, Allemagne, Autriche… C’est du processus « Make your own wine », du vin sur mesure ! Une collaboration plus généralisée en Espagne et sur l’île de Majorque qu’il n’y parait. À la tête des chais pour Can Feliu, Enric Bou de los Ríos, l’œnologue cultive les vignes, presse les jus puis les élève dans des conditions confortables. Il dispose d’un bel outil,  Nous préférons la qualité.  Vous ne trouverez pas nos vins dans les supermarchés. Imposer des vins bio sur l’île ne s’est pas fait facilement. Il y a quelques années, l’image de la biodynamie n’était pas dans le vent. Chez nous, pas de levures industrielles et un taux de sulfites très bas…

Il y a beaucoup d’énergie positive et de passion œnophile chez lui, mais pas seulement… On sait de quoi on parle dans les chais très bien équipés, Enric est précis : Je m’amuse beaucoup. Grâce aux petites barriques je contrôle bien mieux mes malos, au début on pensait que les allemands attendaient des vins très marqués par le boisé, en fait ce n’est pas le cas.

Débuts prometteurs à la Bodega Feliu

Là-bas on construit un nouveau chai, ici on replante des vignes pour accroitre la production car la demande pour les cuvées maison est exponentielle. Xavier co-responsable de la structure d’agri-tourisme défend ses orientations :  les grands distributeurs veulent les même produits standardisés chaque année avec les mêmes quantités, or ce ne sont pas nos priorités. En développant l’œnotourisme nous allons aider à éduquer le palais de nos clients et leur permettre de découvrir des vins plus sains.

Carlos est animé par une prodigieuse envie d’avancer : ayant réussi notre premier cru, je savais que notre raisin  survivrait à notre manque de connaissance et d’expérience … J’ai alors décidé d’investir dans l’infrastructure et le matériel nécessaire à la vinification et me suis inscrit à Un Master en viticulture à l’université. Je me suis donné à fond dans le travail sur les vignobles et le vin… Et en 2007, nous avons reçu une médaille d’or pour notre cabernet 2005 ce qui m’a convaincu que nous allions dans le bon sens !

Les vins Can Feliu tiennent leurs promesses !

Et justement ce rouge Alè de Cabernet bien structuré est passé dans mon verre avec sa robe profonde et son nez sur des notes de tabac et de musc. La bouche m’a marqué car bien enveloppante, ses tannins empreints de souplesse et laissant assez de place aux fruits évidemment très mûrs. La longueur se montre très correcte.  Avec une jolie marge de vieillissement. 

J’ai eu la chance de faire danser la robe très pâle du Clos de S’Almudaina en avant-première car ce vin n’est encore qu’un prototype destiné à une clientèle haut de gamme. Ma voisine refuse d’abord de tremper ses lèvres dans le verre arguant qu’elle n’aime pas le rosé, puis cède et se délecte. Je n’avais jamais bu de rosé aussi bon !

Le caractère fruité du Blanc d’Alens 2016 ne vient pas du hasard, la fermentation est lente après un passage des raisins en chambre froide pour préserver le fruit. Les cépages viognier, prensal blanc, chardonnay, malvoisie et sauvignon s’accordent très bien.  Très aromatique en nez, on repère les fruits à chair jaune qui se confirment en bouche par des notes de pêche, poire et ananas.

Le sauvignon blanc 2016 a mis une année entière avant de débuter sa fermentation mais l’extrême patience d’Enric a été récompensée. Des arômes herbacés de fenouils et une fraîcheur mentholée s’articulent dans l’élégance. La bouche est équilibrée et tient la longueur entre acidité rafraichissante et fruit à chair blanche.

Alea Jacta Est …?

Espérons que nous aurons la chance de pouvoir retrouver tout ou partie de cette production majorquine dans l’Hexagone où elle pourrait trouver facilement sa place. Carlos y croit suffisamment : Maintenant, nous avons une bonne équipe, motivée, qui s’occupe de toute la paperasserie administrative extrêmement folle. L’avenir nous dira si la philosophie visionnaire de Can Feliu tient la route : S’agrandir pour s’améliorer et pouvoir se permettre d’investir dans la technologie, acquérir la connaissance, garder notre motivation et préserver la qualité que la nature nous offre.

Jean-Luc

2 réponses

  1. Hi Jean-Luc,

    Good job! Very nice to meet you here!

    Untill the next and all the best!

    Enric Bou

    • It will be with pleasure. Take care of the good wines for the good drinkers. Yours Truly.
      Jean-Luc Poignard

Ajouter un commentaire