Quand le Val de Loire se paye le Routard

Ne voyez aucune malignité dans ce titre : effectivement tout le monde s’y est collé, les deux régions Pays de la Loire et Centre Val de Loire, leurs départements, les inter-professions, les fédérations viticoles, les offices du tourisme qui ont soutenu ce projet de guide. Mais il suffit de le feuilleter pour s’assurer de sa richesse et de son objectivité.

Une bible comme le qualifie Franck Louvrier  président du CRT des Pays de la Loire (Comité Régional du Tourisme): il y a deux ans on a voulu remettre en place la route des vins et lancer des projets d’oenotourisme. 3,7 M€ ont été investis dans 156 projets pour offrir autre chose que les destinations classiques et ainsi diversifier les offres qui permettent de lutter contre le tourisme de masse.

une machine de guerre

Le Guide du Routard fait partie du dispositif. Cette institution -qui aura bientôt 50 ans et près de 50 millions de GDR vendus dans le monde- dispose d’un vrai savoir-faire en la matière. Et figurer dans les pages du guide, c’est un peu le graal des commerçants ! Qui, en voyageant, n’a pas dû faire demi tour devant un resto bondé parce qu’il était recommandé par le GDR…

Alors le Grand routard-en-chef Philippe Gloaguen a laché sur le terrain cinq rédacteurs qui se sont partagé la tâche : pour Emmanuelle Bauquis, c’était une exploration au pays des merveilles ! Car les vignobles du Val de Loire sont riches d’une mosaïque de terroirs, de cépages et de couleurs à découvrir parmi 51 AOC.

Pour Cédric Fisher, on ne peut pas faire quelques kilomètres sans s’émerveiller : tous les vins sont montés ici en puissance, en gamme, il y a des émotions et tout ça dans un rapport qualité/prix incomparable…Pour Thomas Rivallain, ce qu’il retient c’est la jeunesse des viticulteurs et des viticultrices, leur énergie, leur créativité…

Avec une préface de la meilleure sommelière de France 2018 Pascaline Lepeltier, excusez du peu, le guide est structuré à la façon de tous les guides du Routard, histoire de ne pas dépayser ses lecteurs : un premier cahier d’infos pratiques sur la région viticole : Comment y aller ? comment circuler ? Œnotourisme en Val de Loire utile, Hommes culture, environnement et on retrouve l’incontournable petit conseil « bon à savoir » :

La description de la filière viticole est parfaitement résumée, sans info inutile pour un public qui cherche juste quelques repères essentiels afin de mieux comprendre le monde du vin et son organisation.

Le guide s’attache aussi à mettre en valeur les activités proposées sur place pour découvrir le vignoble autrement : à vélo, à cheval, en calèche en montgolfière, en voiture électrique ou en gyropode.

Le GDR pointe les prestataires locaux capables d’offrir des randonnées thématiques guidées clé-en-mains ou pas, agrémentées de dégustations au domaine si on en a envie.

en route pour le Val de Loire

Puis évidemment on retrouve les différentes destinations avec les sites viticoles qui bénéficient chacun d’une présentation argumentée : mais attention le Routard garde la liberté de ton qui a fait son succès ! A noter un réel intérêt manifesté par la rédaction du guide pour les domaines en bio ou biodynamie et pour les vignerons qui tentent l’aventure de la polyculture ou de l’agroforesterie. En totale cohérence avec la ligne éditoriale du Guide du Routard.

Six sections pour s’y retrouver :

  • Le vignoble du Centre-Loire,
  • La Loire des Châteaux,
  • La Vallée du Loir,
  • Avant l’Anjou, le Poitou,
  • Le vignoble d’Anjou-Saumur,
  • Le vignoble de Nantes,
  • L’AOC Fiefs-Vendéens.

trop moderne le routard !

Le guide s’est fendu d’une vingtaine de coups de coeur à Sancerre, Menetou-Salon, Orléans, Chambord, Valencay, Jasnières, Saumur…Et bien entendu il y a une carte à la fin du guide, Routard oblige.

Sauf que celle-ci est complétée d’un QR code bien à propos car il donne accès aux Routes des Vins du Val de Loire. Un contenu assez riche et facile à emporter.

Curieux que ce complément en ligne ne soit signalé nulle part ! C’est pourtant aujourd’hui un argument de vente déterminant. Toujours plus vendeur qu’un signet ou une carte plastifiée !

De mauvais esprits pourraient penser que le Routard a concédé cette modernité à contrecoeur…

pas fait pour vieillir !

Attention précise l’un des rédacteurs, contrairement à pas mal de vins cités dans le guide, si celui-ci est un grand millésime, il n’en est pas pour autant un livre de garde : offres, repères, liens, les infos qui y figurent vont être rapidement obsolètes.

D’autant que si l’on en croit les professionnels, l’œnotourisme en Val de Loire n’a pas fini de progresser !

En vente depuis le 3 octobre à 16€ (le guide devrait être remis à jour tous les deux ou trois ans).

François

 

Ecrit par Francois SAIAS
--------------------------------------------------------------- Scénariste, réalisateur, documentariste pendant de nombreuses années, François a gardé la curiosité de son premier métier et s'est investi depuis dans le monde du vin, ses rouages, son organisation, ses modes de fonctionnement.
Catégories : France , oenotourisme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. © 2022 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !