Quand Cognac s’empare du Phylloxéra

Pire qu’une des sept plaies d’Egypte, la crise du Phylloxéra, en près de cinquante ans, a décimé une très grande partie du vignoble mondial. A la vitesse moyenne de 30 kilomètres par an, selon la densité des vignobles et l’influence des vents dominants.

la peste des vignes

Peu de pays producteurs auront éré épargnés. Arrivé de l’Est des Etats-Unis par inadvertance et introduit dans le Gard en 1863, le ravageur remonte petit à petit les vallées fluviales : il apparait dans les Bouches du Rhône en 1865, on le retrouve en Gironde en 1866, dans la vallée du Rhône en 1871, au Portugal puis en Suisse, en Autriche, dans le Cognaçais en 1872, le voilà en Allemagne en 1874, en Australie en 1875. La Bourgogne est atteinte en 1878, la Champagne en 1890, le Maroc en 1919, la Turquie en 1980, l’Arménie aujourd’hui…

A  de rares exceptions comme ces vignes plantées dans des sols sablonneux, toutes celles dites « franc de pied » y passent.

Phylloxéra : une maladie, un insecte, une crise ?

C'est tout ça à la fois : commençons par la bestiole. Vraiment un drôle de coco qui se reproduit soit par parthénogenèse soit par mode sexuel. C'est une sorte de puceron ravageur de la vigne, un minuscule insecte piqueur qui vit soit sur les feuilles (forme gallicole) soit sur les racines de la vigne (forme radicicole).

C'est bien entendu ce Phylloxéra radicicole qui est dangereux et qui aime nos sols calcaires et les terrains bien secs.

Wikipedia nous dit : Il est muni d'un suçoir qu'il enfonce dans la racine pour en absorber la sève...Les piqûres sur les jeunes racines provoquent la formation de tubérosités, qui, par la suite, s'infectent et précipitent la mort du pied. L'infestation d'un cep de vigne par le Phylloxéra entraîne sa mort en trois ans.

un ravageur en tête d’affiche

Curieuse idée que de monter une exposition sur un épisode aussi sombre, inscrit dans la mémoire collective comme un événement majeur du 19ème siècle au même titre que la défaite de Waterloo ou la Commune de Paris ? Une crise qui a provoqué la ruine de nombreux viticulteurs, un exode rural et une réaffectation des terres.

La réponse est dans l’angle éditorial de l’expo « Phylloxéra, une épopée humaine et scientifique ». Organisée sous forme d’un parcours dans les musées de la ville de Cognac, elle s’attache, en prenant l’exemple du vignoble cognaçais, à mettre en valeur un aspect méconnu de cette crise sanitaire : si cette exposition met en avant l’un des pires épisodes de l’histoire du vignoble charentais, elle souligne surtout la résilience collective dont a su faire preuve le monde viticole. Comment vivre après une telle épreuve ? Comment se développer et se réorganiser après un tel traumatisme ? 

Voila l’ambition des organisateurs : les Distillateurs culturels, signature commune aux Musée d’art et d’histoire (MAH) et au Musée des savoir-faire du cognac (M’CO).

Avec un judicieux partage des tâches : au MAH l’histoire de la la crise sanitaire, et à quelques centaines de mètres, au M’CO les travaux de recherche, leur mise en oeuvre, les solutions.

Le tout dans une continuité scénographique très fluide.

un puceron au concours Lépine

Car ce n’est pas un puceron qui va résister aux vignerons : alors chacun y va de son initiative d’autant que l’Etat lance un concours ouvert à tous avec une prime à la clé. Qui ne sera jamais attribuée malgré plus de 5000 propositions plus ou moins fantaisistes…

On en retiendra trois : la submersion dans l’eau -mais encore faut-il en avoir sous la main- le traitement des racines par injection au sulfure de carbone -solution très couteuse- et le greffage des cépages sur porte greffe américains résistants à l’insecte. C’est cette solution qui finit par s’imposer.

Ironie du sort : c’est le continent qui nous a envoyé le puceron et qui nous apporte la solution salvatrice…

Cette expo met bien en valeur la façon dont le vignoble a été repensé, replanté selon des techniques et des méthodes qui ont toujours cours.

Avant la crise, en effet, les vignes poussent de façon dispersée : plantées plus densément, elles sont en foule c’est à dire qu’elles ne sont pas palissées comme aujourd’hui. La vigne en rangs s’imposera à cette époque.

Même si le monde agricole en sort traumatisé, l’après-crise du Phylloxéra apparaît comme le point de départ de la viticulture moderne. Si les vignobles aujourd’hui sont moins étendus, les récoltes sont de qualité.

Une exposition incontournable pour qui s’intéresse à l’histoire de la vigne et aux paysages viticoles.

le Phylloxéra pour faire fortune

l’Ile de Ré est épargnée pendant un temps par l'insecte ravageur. "Il ne traversera qu’en 1883 le bras de mer qui la sépare du continent" nous raconte Mathieu Delagarde de Ré à la Hune, informations recueillies lors d'une conférence intitulée « Des raisins et des Hommes » à la coopérative Uniré du Bois-Plage "Pendant la dizaine d’années où le Phylloxéra épargne l’île, les Rétais vendent leur vin à prix d’or, entrainant des fortunes expresses et la construction de superbes demeures, surnommées les « maisons du Phylloxéra ».

"On dit qu’en seulement trois années de récoltes, ils avaient suffisamment d’argent pour se construire une maison », témoigne Stéphanie Le Lay Responsable du Service Architecture et Patrimoine. "Ces maisons en pierre de taille, équipées de perrons, sont souvent surmontées de toits à quatre pentes couverts d’ardoises, réservés à la bourgeoisie aisée".

Les exemples de maisons du Phylloxéra sont nombreux sur l’île. Les plus emblématiques se situent  à Sainte-Marie".

François

scénographie de l’expo « Phylloxéra, une épopée humaine et scientifique » : Galerie MR, design graphique Audrey Sedano

Ecrit par Francois SAIAS
--------------------------------------------------------------- Scénariste, réalisateur, documentariste pendant de nombreuses années, François a gardé la curiosité de son premier métier et s'est investi depuis dans le monde du vin, ses rouages, son organisation, ses modes de fonctionnement.
Catégories : expos et musées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. © 2022 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !