l’oenotourisme après le Bac

L’Oenotourisme met les bouchées doubles et se professionnalise à toute vitesse. Pour s’en convaincre il n’y a qu’à regarder les offres d’expérience clients qui se profilent dans la plupart des régions viticoles. Merci Atout France, l’Agence de développement touristique de la France et son label Vignobles & Découvertes.

Alors comment devient-on un pro de l’Oenotourisme ? Si on met de côté ceux ou celles qui se sont formés tout seuls et ont, à leur manière, inventé un métier -je pense à Val, guide oenotouristique dont nous avions tracé ici le portrait- il existe différents niveaux de formations après le Bac.

Une formation courte et efficace

Par exemple à Dijon, Sup’Arcades, propose un Bac Pro (Bac+1) Commercialisation Internationale des vins, spiritueux et oenotourisme. Bien sûr en un an on ne fait pas le tour du métier mais c’est l’occasion d’acquérir de bonnes bases avec des stages à la clé, qui peuvent donner accès tout de suite à un poste dans un domaine.

Les recrutements annoncés sur la page FaceBook de l’Ecole sont éloquents !

Se former plutôt sur le terrain

Si l’on veut approfondir le sujet avec une expérience sur le terrain, une formation Bac+2 donnera, en un an de plus, accès au poste de chargé de développement en oenotourisme.

On trouvera cette formation par exemple auprès de quelques unes des 430 Maisons Familiales Rurales, les MFR, un mouvement d’enseignement associatif assez mal connu et fondé sur l’alternance.

Pour aller plus loin

Le niveau Licence Pro (Bac+3) ouvre plus d’horizons à travers la licence Professionnelle Oenotourisme et projet culturel disponible à l’Université de Nimes par exemple, appelée Conception de prestation en oenotourisme et gastronomie sur le campus de Saumur de l’Université d’Angers à travers son nouveau Campus de la Gastronomie.

L’Université de Bourgogne à Dijon propose une licence pro Commerce spécialité Commerce des Vins et Oenotourisme. La même licence professionnelle dite Oenotourisme existe à l’Université de Bordeaux.

Bref on a l’embarras du choix…du moment qu’on fait ses études dans une région viticole.

Maître en oenotourisme

Un cran au dessus encore voici le niveau Master, soit (Bac+5). Il s’adresse aux étudiants qui cherchent à avoir une spécialisation oenotourisme adossée à une autre discipline : à l’Université de Bordeaux ce sera le Master Langues, Affaires, Interculturalité , économie du vin, oenotourisme. A l’Université d’Angers, le Master Tourisme.

A l’EM de Strasbourg ce récent master s’appellera Management du Tourisme option oenotourisme Wine Management. Coralie Haller, responsable du diplôme à l’EM Strasbourg : On parle ici de Management car il s’agit des sciences du management appliquées à la filière tourisme et appliquées au monde du vin : du marketing, de la finance, de la compta, des RH…D’ailleurs nous aurons l’occasion prochainement de revenir sur ces Masters de l’EM Strasbourg dont l‘approche et la pédagogie sont très originales.

Chaque université ou école a donc sa propre dénomination qui donne ainsi le prisme à travers lequel l’oenotourisme est enseigné. A vous de choisir !

François

Image à la Une  : ©Université de Bordeaux-Montaigne

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial