Le vignoble d’Auvergne sent le volcan

Connaissez-vous la date clé de l’histoire récente de l’Auvergne ? Allez, je ne vous fait pas languir, c’est le 2 juillet 2018. Les écoliers l’apprennent par cœur. C’est la date de l’inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO de la chaîne des Puys-Faille de Limagne. Quelle fierté pour l’Auvergne, quelle reconnaissance pour les auvergnats qui ont montré une qualité essentielle, la ténacité après deux échecs successifs.

Il s’agit d’un bien naturel où la main de l’homme n’a pas fait grand-chose, si ce n’est de ne pas l’avoir trop dégradé. Sur cette bande de terre de 32 km de long orientée nord-sud, jouxtant la ville de  Clermont-Ferrand, ont poussé comme des champignons 80 volcans sur une faille souterraine qui s’enfonce jusqu’à 3000 mètres. Ne nous y trompons pas, il s’agit de volcans éteints, ou plutôt endormis, précise-t-on par ici. Les amateurs de fumeroles et de coulées de lave en fusion devront se rabattre sur l’Islande ou la Sicile.

VOLCAMANIA

Autant dire que sur place, la culture « volcan » est archi-présente, avec ses noms exotiques comme Vulcania le parc d’attraction ou Terra Volcana, l’Office du tourisme de la région de Riom. Une région connue pour sa pierre de Volvic de couleur anthracite, appréciée des sculpteurs et pour ses eaux riches en minéraux et sédiments bienfaiteurs.

Ajoutez-y de belles forêts de feuillus, des panoramas grandioses, des sentiers de randonnée à profusion, un artisanat alimentaire encore préservé et vous comprendrez pourquoi la fréquentation  touristique monte en flèche par ici, surtout en ces temps de pandémies. Ah ! J’ai failli oublier l’Aventure Michelin, dans la série des incontournables à visiter.

Et le vin me direz-vous ?

Nous y sommes pour de bon. Le vignoble n’allait pas rester à l’écart du renouveau auvergnat boosté par l’obsession volcanique.

La Loire volcanique, quand l’union fait la force

L’association fut créée en 2019, juste avant la pandémie dans le but de promouvoir les terroirs exceptionnels du Massif Central. Deux mots qui disent tout :

LOIRE : ici commence la Loire… nous sommes presqu’à sa source, environnés de paysages et de climats qui n’ont rien à voir avec l’Anjou ou le Pays nantais. Diversité dans l’unité d’un fleuve long de 1000 km, qui en constitue le trait d’union géographique et son autorité administrative, puisque ces micro-vignobles sont apparentés à ceux du Centre-Loire.

VOLCANIQUE : voilà bien leur particularité commune. Tous ces vignobles poussent sur des sols qui ont connu de l’irruption volcanique, soit il y a des millions d’années, soit plus récemment comme la chaîne des Puys.

Comment les décrire ?

 

LES QUATRE FRÈRES

-L’ainé, l’AOC Saint-Pourçain, s’étend le long de la Soule, proche de l’Allier sur 540 ha. Une vingtaine de vignerons et une cave coopérative dynamique assurent un production annuelle de 25-30 000 hl. Le Domaine des Bérioles (Olivier Teissèdre), cultivé en biodynamie est le porte-drapeau de l’appellation qui fait des vins de caractère notamment avec son cépage endémique : le Tréssalier –

-Les jumeaux : l’AOC côtes Roannaises et AOC côtes du Forez Le premier, adossé au massif de la Madeleine, s’étend sur 210 ha ; il  regroupe une quinzaine de producteurs dont les deux domaines phares : Les Pothiers et Sérol, bien connus des cavistes pour leurs gamays de qualité « à petit prix ». Le second, adossé au massif du Forez est perché à 5-600 m d’altitude. Il s’étend sur 180ha pour une production annuelle d’environ 6000 hl. Les gamays Saint-Romain des Vins de la Madone (Gilles Bonnefoy) cultivés en biodynamie sont particulièrement recherchés.

-le petit dernier : l’AOC côtes d’Auvergne Avec ses 5 dénominations locales ou crus : Madargue, Châteaugay, Chanturgue, Corent et Boudes, situées au nord et au sud de Clermont-Ferrand, l’appellation «  confettis » regroupe un tout petit 300 ha si on la compare au 40 000 ha du vignoble du Puys de Dôme…..d’il y a 150 ans. Son atout bien sûr, c’est l’auréole du patrimoine mondial de l’Unesco décerné à la chaîne des Puys. Et aussi la diversité de ses terroirs, traditions et ses vignerons talentueux comme Annie Sauvat, Gilles Persilier ou Benoît Montel. Pour l’heure, le petit dernier marche dans les pas des ainés, au niveau des réseaux, du marketing et de l’export.

La Loire volcanique qui regroupe aujourd’hui 39 producteurs prévoit un grand rendez-vous à l’automne 2021, Paris (Montreuil). Un rendez-vous que Gaétan, mon caviste bio nantais, me conseille de ne pas manquer.

Et pourtant, tout avait mal commencé avec un philloxéra d’autant plus ravageur qu’il a frappé la région tout à la fin du 19ème siècle alors que le Bordelais et le Languedoc relevaient déjà la tête. Le vignoble auvergnat ne s’en est jamais remis.

LES BOUGNATS DE PARIS

Même si, ça et là, du côté de Boudes, de Corent ou de Chateaugay des obstinés continuaient à travailler la vigne en livrant leurs raisins à la famille Desprat négociant à Aurillac, fournisseur des bougnats de Paris. La maison continue d’ailleurs de prospérer sous le nom de Desprat Saint Verny.

Une poignée de vignerons entreprenants se sont mobilisés dans les années 2000 pour obtenir l’appellation, celle-ci est tombée en 2011 : l’AOC Côtes d’Auvergne avec ses 5 dénominations locales ou crus : Madargue, Châteaugay, Chanturgue, Corent et Boudes.

Comme souvent, l’enjeu mobilise les énergies, et puis, une fois l’épreuve réussie, les zizanies locales reprennent comme l’ont décrit les enseignants-chercheurs du groupe ESC Clermont dans l’article Est-ce que trop de volcan ne va pas tuer le volcan ?

Les vignerons d’ici n’ont pas de leçons à recevoir des professeurs d’agrobiologie, de permaculture ou d’agroforesterie. La polyculture y est la règle. Plantée sur des sols argilo-calcaires ou basaltiques, la vigne se fait discrète en petites parcelles arborées qui regardent le sud sur ce relief semi-montagneux.

UN NOM S’IMPOSE

Évidemment on se renseigne pour trouver les figures montantes de l’appellation. Un nom revient de manière entêtante, cité par mes amis du club oenologique Vertivin, par le guide vert de la RVF et par Corinne, la caviste enthousiaste de Lestroisvins à Chatel-Guyon : celui de Benoît Montel. Eh bien ! Faisons connaissance.

Benoît reçoit tous les vendredis soir sa famille, ses amis, ses proches clients dans son chai-entrepôt de la ZI la Varenne à Riom. Ce fut pour moi un grand honneur d’être invité à partager sa «dégustation de l’amitié » au milieu d’un vingtaine de convives.

Mon voisin de table, l’écrivain Christian Robert, auteur des « Histoires d’Auvergnats » me raconte la vie de ce jeune vigneron à la quarantaine athlétique, si attentif à assurer un service impeccable de ses vins.

« Ses parents habitent ici mais ne sont pas dans le vin, mais lui, c’était comme une vocation. Ils l’ont envoyé à Beaune pour les études. Ensuite, il a été pris en stage chez les Leflaive à Puligny-Montrachet. Figurez-vous qu’ils voulaient le garder là-bas en Bourgogne, notre Benoît. Mais il a dit non. Il est rentré au pays pour faire pousser sa vigne ici sur les pentes de Chateaugay, Chanturgue et Madargue.

L’ACTIVISTE DE LA VIGNE

Benoît a démarré son activité viticole ici, en 2000. En 21 ans, il a eu le temps de faire ce que mettraient trois générations de vignerons à réaliser. C’est peu dire que l’homme est multi-entreprenant ! En voilà un petit extrait :

Son domaine compte aujourd’hui 15 ha de vigne répartis sur les 3 crus, un petit négoce, plus l’exploitation des 3 ha des vignes municipales de Riom- Ici, comme le veut la tradition, la municipalité sert le vin d’honneur provenant de la vigne communale, me dit l’historien.

Vendanges manuelles bien sûr, avec une équipe de réfugiés érythréens. C’est totalement légal. Ils sont habiles de leurs mains et heureux de travailler ici. Ils ne sont pas abîmés par la société française et le mal de l’assistanat. Voilà qui est dit.

Au chapitre des originalités, il y a pêle-mêle : le tonneau immergé dans le lac volcanique Pavin pendant 18 mois, à 25 m de fond par 4°Celcius. C’est un truc caritatif pour l’association Acte Auvergne, c’est pas fait pour vendre…

Qu’a-t-il été cherché en Valais suisse avec des plants du cépage Gamaret ?

Il a planté 3000 m2 de ce cousin du gamay, en plus résistant.

J’aime beaucoup les vins suisses, il y a de beaux terroirs de rouge là-bas.

Comment a-t-il fait pour récupérer une très vieille vigne à Chateaugay ?

Des pieds non  greffés, vieillissement 9 mois en fût de chêne, «un gamay de caractère issu de vignes centenaires » à 15 euros la bouteille. Épuisé bien sûr.

En conversion bio, Benoît réduit tous ses intrants, en gardant un minimum de soufre à la mise en bouteille. Certes, sa personnalité entreprenante est très attachante, mais c’est son savoir-faire vigneron qui fait la différence. Il a notamment appris à travailler les macérations longues pour ses gamay et pinot noir, je vais jusqu’au bout du risque.

SUR LE PODIUM

Les bouteilles défilent, juste le temps de prendre quelques notes pour vous livrer mon « podium » :

– la micro-cuvée Coulée de Lave 2020, en 100% gamay (parcelles de Chateaugay), un nez fin aromatique, un croquant superbe, regorgeant de fruit, de matière et des tanins bien fondus

les Groslières 2020 en IGP Puy de Dôme, un pinot noir croquant avec une belle acidité

Bourrassol 2020, côtes d’Auvergne blanc, un chardonnay parcellaire, très bien vinifié, joliment fruité avec du gras en bouche.

Les prix cavistes s’affichent entre 8 et 13 euros.

Épuisé, voilà un mot qui malheureusement revient trop souvent : Désolé, il n’y en a plus.Les aléas climatiques d’Auvergne (gel de printemps, grêle, canicule) peuvent faire dramatiquement chuter une production qui tourne normalement autour de 40 000 bouteilles/an.

Difficile de rassurer le banquier quand les écarts vont du simple au double.

BM– c’est ainsi qu’il signe l’étiquette de ses bouteilles- trace sa route, année après année. Après les initiales – une façon trop discrète de se présenter – le terrain de sa réputation est suffisamment dégagé pour que Benoît affirme son nom et sa personnalité hors du commun.

Vigneron de l’année du guide Hachette ou de la RVF en 2022 ? Je tiens le pari.

Jean-Philippe

image à la Une : ©Auvergne-destination.com

Ecrit par Jean-Philippe RAFFARD
--------------------------------------------------------------- Toujours volontaire pour une virée dans le vignoble du bout de la Loire, du bout de la France, du bout de l’Europe ou du bout du monde, là où il y a des vignerons, là où il y a du bon vin. Jean Philippe n’oublie pas sa vie antérieure en marketing-communication pour lever le voile sur le commerce du vin et l’ingéniosité des marchands.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !