Lavaux et ses trois soleils

Une bonne nouvelle à vous faire partager : Génération Vignerons s’enrichit de la présence de Christelle Guirlinger, une « touche à tout » du vin comme elle se définit elle-même, spécialiste en développement œnotouristique et qui n’a pas fini de nous faire voyager !

Christelle : Dans un précédent article, nous vous parlions du vignoble suisse et de la variété de ses cépages et terroirs.

Aujourd’hui nous vous emmenons dans le canton de Vaud, un des 26 cantons formant la Confédération Helvétique, et plus précisément en Lavaux, aux bords du Lac Léman, entre Lausanne et Vevey-Montreux.

La longue tradition viticole de Lavaux remonte aux vignobles du Dézelay, cultivés dès le Moyen-Age par les moines cisterciens. La région du Lavaux, spectaculaire, est d’ailleurs inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Si la production de vin contemporaine a fait la part belle au Chasselas, cépage blanc autochtone suisse et au duo incontournable Pinot Noir/ Gamay, les vignerons suisses revendiquent aujourd’hui un savoir-faire ancestral et défendent des vins de terroir.

De Thurgovie à Lavaux en passant par l’Italie

Pour en savoir plus, je me suis rendue sur place, guidée par mon amie Manon, installée dans la région depuis quelques années. Nous prenons un bus depuis la ville de Vevey, où l’on peut apercevoir une statue de Charlie Chaplin, sur les quais, face aux Alpes françaises. L’immense acteur américain y a en effet fini ses jours après avoir vécu dans le Manoir de Ban avec sa famille pendant 25 ans.

Nous nous arrêtons dans la commune de Chardonne pour rencontrer Christin Rutsche, vigneronne installée à Lavaux depuis 2019 au domaine Montimbert.

Originaire de Thurgovie, en Suisse Alémanique, Christin poursuit tout d’abord des études de droguiste avant de se former en viticulture et œnologie à l’École d’Ingénieurs de Changins en région vaudoise. Notre viticultrice en herbe réalise son premier stage chez Maurice Dentan au Domaine Montimbert, propriété familiale depuis la fin du 18ème siècle. Cette expérience décisive déclenche sa passion pour la vigne et le monde du vin.

Avide de découverte, Christin s’envole ensuite pour la Nouvelle-Zélande, avant de s’installer en Italie, à Montepulciano, pendant 8 ans en tant qu’œnologue et maître de chai. Elle y noue de grandes amitiés, mais elle nourrit au fond d’elle l’espoir de revenir en Lavaux. En 2019, répondant à l’appel de son mentor, elle reprend les rênes du Domaine Montimbert dans l’AOC Chardonne. La boucle est bouclée !

Question de terroirs

À l’extrémité est du Lavaux, les terrasses de vignes surplombent le lac Léman et offrent une vue à couper le souffle. Les vignes se teintent d’or et de pourpre, le lac scintille aux reflets du soleil et les montagnes fraichement enneigées s’imposent à notre regard.

Ici comme ailleurs, tout commence par le terroir. La dénivellation de la commune de Chardonne est de 250m et les vignes profitent des « trois soleils » : le vrai, celui reflété par le Lac et celui emmagasiné dans les murs de pierre. Christin nous montre ses vignes et les différentes parcelles sur les coteaux abruptes.

On comprend rapidement la diversité des sols et sous-sols sur les 1,8ha que compte le domaine viticole : dépôts glaciaires, molasse subalpine, poudingues… Un terrain de jeu pour Christin qui produit une dizaine de micro-cuvées.

Le chasselas, « éponge » à terroir, est le cépage roi de Suisse et particulièrement de Suisse romande. Le Domaine Montimbert produit plusieurs styles de ce vin. Vinifié de manière classique, il donne un vin fruité, minéral et peu alcoolisé. En fonction de son terroir, il devient puissant, long en bouche et d’une belle ampleur aromatique : un vin de gastronomie.

Le pinot gris, dont certaines vignes atteignent les 60 ans, donnent des vins d’une expression aromatique riche et complexe. Le Sauvignon Blanc se trouve sur la partie la plus haute du domaine et amène de la vivacité dans les vins assemblés au Chardonnay.

Tandis que le dôle, assemblage historique de gamay et pinot noir, est un des vins suisses les plus connus, Christin Rutsche a décidé de mettre en avant la typicité de ces deux cépages en créant deux cuvées séparées, où les deux confrères sont sublimés par leurs terroirs respectifs.

Enfin, mis au point par la Haute École de Viticulure de Changins, les cépages galotta, gamaret, diolinoir et garanoir sont plantés sur un terrain sablonneux avec des expositions au soleil protégées, et assemblés pour une cuvée spéciale.

Des vins vivants

Selon notre vigneronne indépendante, « un grand vin se fait avant tout à la vigne ». Dès son arrivée au Domaine Montimbert en 2019, Christin limite au maximum les traitements chimiques et les remplace par des traitements à base de substances naturelles : bouillie bordelaise, argile, extraits d’orange et d’algues, talc… La qualité des vins résulte d’une bonne vitalité des sols, offrant personnalité et élégance.

Faute de mécanisation possible sur ces pentes abruptes, les vendanges sont manuelles et remontées par la fameuse chenillette d’alpages jusqu’au chai.

A cette étape, peu d’interventionnisme, le travail à la cave consistant à faire ressortir le meilleur du raisin et le préserver durant la vinification et le vieillissement.

Afin d’éviter une extraction excessive, Christin, à l’instar de nombreux vignerons locaux, réalise ses pigeages pour les vins rouges non pas dans des cuves mais dans des bacs rectangulaires. De largeur et hauteur similaires, la macération réalisée dans ce type de contenant offrirait une proportion de marc et de moût plus équilibrée.

Certaines cuvées seront mises en bouteilles rapidement tandis que d’autres seront vieillies en barriques de chêne, pour apporter rondeur et complexité aromatique.

Conversation au coin du feu

Les Suisses consomment d’avantage qu’ils ne produisent : 1% seulement des vins sont exportés. Le Domaine Montimbert commercialise donc la totalité de ses vins en local auprès d’une clientèle particulière. Pour les chanceux inscrits dans le fichier clients et résidant dans la région, Christin propose des pains cuits au four ! Au fil de la conversation, nous apprenons que notre vigneronne a plusieurs cordes à son arc.

Passionnée de cuisine et de bons vins, Christin envisage le vin à travers le prisme de la gastronomie. 2021 fut un millésime compliqué en Suisse également : gel, grêle, maladies cryptogamiques… qu’à cela ne tienne, notre productrice de vin se diversifie et devient boulangère. Cuit dans le four de la maison en hiver, le pain est vendu en direct de la propriété plusieurs fois par mois.

Riche de son expérience en Toscane, elle organise également des ateliers de fabrication de focaccia et tagliatelles au sein de la propriété pour des groupes de 4 à 6 personnes et une durée de 4 à 5h, repas compris.

Christin a un sens de l’accueil indéniable. Installées confortablement dans son salon, autour du feu de cheminée, nous avons dégusté 3 vins, accompagnés de focaccia maison, huile d’olive et fromages suisses.

Trois heures plus tard, nous avons été surprises par le coucher du soleil et le temps qui file, prises par des conversations captivantes autour de sujets aussi vastes que variés : agriculture biologique et environnement, législation européenne des vins, accords mets et vins, cépages résistants, coûts de production élevés…

Voilà pourquoi les vins helvétiques sont difficilement accessibles en France. Nous avons pu néanmoins déguster trois cuvées, les seules disponibles actuellement.

Les cuvées

Montimbert Chardonne – 100% chasselas

Le vin a un profil aromatique complexe et minéral. En bouche il a une structure élancée, est élégante avec sapidité et longueur.

Un vin dont facile à boire, à l’apéritif mais aussi avec des plats simples, type quiches, ou avec du poisson.

 

Montimbert – 100% pinot noir

Le nez est caractérisé par beaucoup de fruit et d’épices. C’est un vin qui a une structure tannique fine et soutenue qui mérite l’élevage dans les tonneaux de 400L pendant 8 mois avant d’être mis en bouteille.

Un pinot noir élégant qu’on peut savourer seul ou en accompagnant des viandes rouges, par exemple une tagliata de boeuf au romarin.

Montimbert Amesamis – Assemblage galotta, diolinoir, garanoir et gamaret

Le gamaret apporte la structure, le garanoir, le fruit, le diolinoir l’élégance et le galotta la puissance.  En bouche les tannins sont présents mais ça reste un vin sur la finesse.

L’élevage en tonneaux de 400L et de barriques de 225L apporte de la complexité et de la sucrosité. Un vin pour accompagner vos retrouvailles avec une tablée d’amis.

Christelle

Merci à Manon Hervé & Des nouvelles du vin qui a participé à l’écriture du Journal du sommelier avec Yanna Delière et m’a permis de rencontrer Christin Rutsch du Domaine Montimbert pour un moment inoubliable.

Image à la Une : ©Montreuxriviera.com

Ecrit par Christelle GUIRLINGER
Christelle a plongé dans le monde du vin par hasard et a voulu l’explorer sous toutes ses coutures : gastronomie, commerce, œnotourisme, production, formation…Le chemin est long et passionnant ! Christelle est titulaire du WSET 3.
Catégories : oenotourisme , Suisse

Commentaires:

  1. Jean-Philippe RAFFARD dit :

    Merci Christelle, d’avoir fait remonter de jolis souvenirs…..Chardonne, un village de toute beauté. Evidemment, Lavaux et ses pentes abyssales. J’avais exploré le canton du Valais, et du coup je me pose la question sur le cépage-roi de Suisse : le Chasselas ou la Petite Arvine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. © 2022 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !