Au domaine La Grange Tiphaine

Êtes-vous un curieux de passage, un rêveur égaré, un amateur éclairé, un dégustateur chevronné ou bien un consommateur impliqué ?

Si vous cochez au moins l’une des cases, vous serez le bienvenu au domaine La Grange Tiphaine, à Amboise, au cœur de ce Val de Loire enchanté, tout proche du Clos-Lucé, là où s’est éteint Léonard de Vinci, il y a 500 ans.

Ce questionnaire figure en ouverture du site, comme une invitation à rendre visite à Damien & Coralie Delecheneau, tous deux dans leur petite quarantaine, cet âge béni où la maturité n’enlève rien à l’ambition ni à l’impétuosité.

Ambiance start-up

Coralie me reçoit dans la mezzanine du caveau de dégustation, un bureau open space partagé avec Mélanie son assistante. Où suis-je ? Dans une agence de com, une start-up ? Ici, on traite l’info : communication, comptabilité, réglementation, préparation des commandes, export, RH, mais ne croyez pas que l’on soit déconnecté de la vigne, c’est juste à 50 m d’ici, au cuvier, là où vous trouverez Damien et ses équipiers, à moins qu’il ne soit dans ses vignes en bordure ou dans son potager bio.

Voilà l’incroyable polyvalence du métier de vigneron, et quand on peut l’exercer à quatre mains musiciennes, évidemment on va plus loin.

J’étais venu pour parler de la reconnaissance officielle du Côt d’Amboise, aussi appelé Malbec- du nom d’un certain monsieur Malbeck- à Cahors, en Argentine ou au Chili. Réponse immédiate : Redonnez-moi votre e-mail je vous envoie le dossier presse du colloque Amboise & Côt de juin dernier.

What else ?

Son destin c’est ici

Pendant que Coralie répondait à plusieurs messages et donnait des instructions à Mélanie, mon esprit vagabonda. Comme Damien, rencontré en œnologie à Bordeaux, elle, « pigeon voyageuse », originaire d’Alsace, de Champagne a connu les grands domaines californiens, comme Cain Vineyards. Elle aurait pu devenir une frenchy winemaker mondialement reconnue. Qui sait ?

Mais son destin, c’est ici qu’elle l’a forgé avec son Damien, lui qui va chercher profond ses racines vigneronnes en pays d’Amboise et de Montlouis.

Coralie rejoint la Grange Tiphaine il y a 10 ans ; depuis c’est la montée irrésistible en volume (80 000 bouteilles en 2018), en notoriété, en renommée (multi-étoilé des guides RVF et B+D) dans le sillage des Jacky Blot et François Chidaine. La certification en biodynamie Biodyvin obtenue en 2014 a été un accélérateur du développement, surtout à l’export. De l’exigence, de la sincérité, du vécu. Comme on le sait, il n’y a pas de recettes pour le succès, même si une succession de choix heureux peut favoriser sa venue.

Revue de détails :

- Concours des vins ? Pas pour nous.

- Distribution ? Pas de grande distribution, un réseau de cavistes et de bonnes tables qui aiment nos vins et savent en parler. Fidélité à notre agent Fabien Cheneau,

- Salons ? Pas de foires aux vins ; oui au Salon des Vins de Loire, Millésime Bio, des salons Biodyvin et la Paulée des Vins de Loire à l’hôtel du Grand Monarque de Chartres - fidélité, deuxième.

Sites de vente en ligne ? On aime bien Petites Caves, ventealapropriete.com, amicalement vin.  Tiens, connaissez-vous Viamo ? On nous en dit du bien...

- Communication ? On a revu toutes les étiquettes avec notre nouveau logo ; le graphiste, est un ami de toujours de Damien - fidélité, encore

A la demande de Coralie, on a fait la photo sur fond de logo : Voyez, l’étendard à gauche, c’est le travail du grand-père, celui plus à droite, le travail de Damien, et la petite feuille colorée…c’est moi ! 

Je sens que nous arrivons en fin d’entretien. Mélanie va vous faire déguster nos vins.

Ma dernière question, maladroite porte sur les prix de vente, qui ont grimpé aussi magistralement que la notoriété du domaine.  Nous devons faire face au manque de vins disponibles du fait du gel et des intempéries des dernières années.  C’est la raison pour laquelle nous avons créé un petit négoce qui nous permet d’acheter des raisins bio vinifiés par nous.  Goutez donc Trinqu’Ames, un sauvignon à moins de 10€. (cette question délicate des raisins bio ou pas bio pour le négoce fera l’objet prochainement d’un article)

Coralie m’accompagne à l’escalier, regards croisés, cette femme est un roc.

Ai-je assez dit combien Damien et Coralie s’impliquent dans la vie collective ?

Lui préside l’AOC Montlouis en donnant des cours au Lycée d’Amboise, elle en intervenant au Vinopôle Centre Val de Loire . Fidélité à la communauté.

Dégustation des vins de la Grange Tiphaine

Une gamme de huit vins est disponible à la vente, en AOC Touraine-Amboise, AOC Montlouis/Loire, AOC Touraine :

Nouveau Nez 2017 : un chenin vinifié en pétillant naturel ; des bulles crémeuses et vineuses procurent de belles sensations en bouche (17€)

Côt Vieilles Vignes 2017 : raisins issus de vignes centenaires, vinifié en cuves ovoïdes ;puissance avec un poil de rusticité, bouche masculine, belle allonge (25€)

Quatre Mains 2018 : sauvignon racé et minéral, vinifié et élevé en fût. Le sauvignon de Touraine en majesté : rondeur, fraîcheur, texture très plaisante, belle harmonie (26€)

Bécarre 2018 : cabernet franc parcellaire élevé en barrique : arômes gorgés de fruit, croquant, belle matière en bouche (17€)

Clé de Sol blanc 2018 : cuvée musicienne emblématique du domaine, 100% chenin, minéral et fruité, un vin de garde (19,80€)

Clé de Sol rouge 2017 : côt et cabernet assemblés pour offrir un beau rouge, au nez de sous-bois et aux saveurs épicées (19,50€)

Buisson Viau 2018 : Chenin moelleux vinifié et élevé en fût (45g/l sucre résiduel) 1500 bouteilles/an. La quintessence d’un grand Montlouis : suavité, équilibre, longueur (35€)

Jean-Philippe

Crédits photo : Office du Tourisme Amboise Val de Loire, Domaine La Grange Tiphaine

A lire aussi

Odile et le domaine de l'Odylée

Odile Couvert, femme de tête et passionnée par les bons vins a décidé de réaliser son rêve en  reprenant un domaine de 15ha en appellation Côtes du Rhône : le domaine de l’Odyssée.

 

 

Les Huards, le romorantin et Cour-Cheverny

Au Domaine des Huards après 4 heures en compagnie d’Alexandre, fils de Jocelyne et Michel Gendrier, je confirme une impression furtive : l'engouement, les idées, le savoir-faire, l’amour de la vigne...

 

 

Château de la Viaudière : un parfum d'Italie en Anjou

La rencontre de Pierre-Antoine Giovannoni est marqué par cette chaleur propre aux racines méridionales. C’est l’amour qui l’a amené en Val de Loire...

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial