Vinho verde : quand les artistes reprennent la main

On connaît bien trop souvent le Portugal pour son Porto. Et pourtant, le pays regorge d’une histoire bien plus riche et complexe autour du vin qu’on ne l’imagine. La vigne est une tradition dans le pays, introduite depuis l’Antiquité par les grecs, les phéniciens et les romains !

Visitez le nord du Portugal et vous trouverez les pas de César sur le pont de la plus vieille ville portugaise, Ponte de Lima, dans la célèbre région du Vinho Verde, un vin frais et léger pour les apéros et grillades estivales.

Puis, faites halte à Mateus, ville bien plus connue par le nom de son célèbre rosé à la bouteille aux formes généreuses d’une flasque. Enfin, terminez et approfondissez par la ville de Porto dont le célèbre vin muté plébiscité par les Britanniques porte le nom.

La vigne ancrée depuis des siècles au Portugal

Le pays regorge d’un nombre impressionnant de cépages, bien plus nombreux qu’en France. Si l’on se penche sur les vins, issus des terroirs à la riche géographie, la variabilité naturelle de chaque espèce de vigne mais aussi les petites différences génétiques au sein de chaque variété donnent des saveurs uniques aux vins portugais, leur conférant ainsi leur caractère et unicité qui méritent l’attention de tout bon dégustateur et amateur de vins ! Avec 250 cépages reconnus officiellement, mais des professionnels racontent que le chiffre pourrait s’élever à près de 400 variétés avec les vieux cépages indigènes non répertoriés, le monde du vin mériterait de s’attarder sur le pays et ses 28 régions viticoles et 31 appellations DOC/DOP.

Attardons-nous autour de Ponte de Lima dans le district de Viana do Castelo à une heure au nord de Porto.

Le saviez-vous ? La vallée du Douro est célèbre pour ses vins, tranquilles et mutés, mais pourtant le Vinho Verde est la plus grande région exportatrice de vins. Ceci s’explique par la présence des britanniques dès le XVIème siècle dans le port de Viana do Castelo pour y développer de nombreux échanges commerciaux avec l’Europe dont le Royaume-Uni.

Quand le bouddhisme rencontre le vin

Aphros wine, c’est un projet fou et pourtant dans l’ère du temps puisqu’il est axé sur la biodynamie : c’est un pionnier dans la région du Vinho Verde où encore trop de producteurs et coopératives privilégient le volume à la qualité. Ceci impacte malheureusement sur l’image de ce vin que l’on imagine souvent « simple, frais et facile à boire pour l’apéro ! »

Et pourtant, travaillé dans le respect de la nature et en biodynamie comme dans ce projet, les cépages locaux que vous retrouverez très difficilement ailleurs, vous réservent de belles surprises pour vos papilles ! Ici, vous dégusterez des arômes uniques comme celui du laurier frais dans le Loureiro (signifiant laurier en portugais), des fruits des bois dans le cépage rouge Vinhão et une belle acidité et des fruits blancs dans l’Alvarinho.

Une rencontre toute personnelle

Ce projet a été initié par Vasco Croft, un lisbonnais aux multiples métiers. Vasco a pensé être astrologue à l’adolescence, puis a décidé de devenir architecte.

Après une expérience au Royaume-Uni, il retourne au Portugal sur d’autres projets.

Passée la trentaine, c’est une rencontre avec un moine bouddhiste qui a changé sa vie autour d’une bouteille de vin.

Cet événement, pris par Vasco comme une rencontre personnelle avec Dionysos, l’a conduit en 2003 à démarrer un projet viticole à Casal do Paço, une propriété semi-abandonnée appartenant à sa famille depuis le 17ème siècle.

Un converti à la biodynamie et au dionysisme !

 

Quand c’est l’homme qui s’adapte à la nature

La biodynamie est une philosophie de viticulture prônant l’utilisation de produits naturels, l’écoute de la nature et une adaptation à celle-ci par l’Homme et non l’inverse. Basée sur les travaux de recherche de Rudolf Steiner et Maria Thun, la biodynamie intègre également la philosophie et la cosmologie comme par exemple le calendrier lunaire pour adapter les pratiques dans les vignes.

L’homéopathie remplace les traitements chimiques.

De là est née la gamme de vins Phaunus, produits dans un chai sans électricité avec une harmonie totale entre l’Homme et la nature : les grappes sont foulées à l’ancienne dans les fouloirs portugais appelés lagares puis fermentés et élevés dans les amphores en terre cuite traditionnelles de la région de l’Alentejo au sud du pays, un clin d’œil à l’Antiquité ! Miguel, le maitre de chai :

Cela fait 8000 ans que le vin est produit de cette manière

Le concept plait tellement qu’Aphros exporte ses 80 000 litres annuels à 90% auprès d’un panel de 18 clients répartie aux Etats-Unis, en France, au Royaume-Uni, en Suède… Le domaine privilégie la qualité à la quantité avec 6000 tonnes par hectare (en comparaison, la région du Vinho Verde oscille entre 10 000 et 17 000 tonnes à l’hectare).

Les vins du Vinho Verde présentent un taux d’alcool faible notamment parce que les vignes sont encore pour beaucoup attachées sous système de pergolas pour aérer les grappes d’une part et éviter les maladies avec l’humidité mais aussi parce que les nutriments doivent monter plus haut pour atteindre les grappes qui présenteront moins de sucre et plus d’acidité d’autre part.

Ce qui produira un taux d’alcool plus faible. Les pratiques ancestrales de la vigne en hautain existent encore, une méthode culturale connue depuis l’Antiquité, appelée ici enforcado, pour laquelle la vigne est mariée à un arbre lui servant de tuteur. 

 

Le vin est la boisson de l’amour

 en témoigne Vasco dans sa vidéo de présentation autour de sa philosophie œnologique.

Toujours dans la philosophie de production naturelle, Aphros produit également des Pét’Nat, les fameux pétillants naturels.

 

Des générations dévouées à leurs vignes : Caroça wines

A proximité des vignes d’Aphros wines, un ami (ici tout le monde se connaît et se soutient dans le monde du vin), Tiago a repris les rênes de la propriété familiale, Caroça wines.

Au quotidien, il travaille avec son père et son frère tandis que sa mère orchestre l’organisation et les repas des travailleurs dans la vigne.

Le sol est granitique, ce qui se ressent en bouche avec une acidité prononcée sur l’avant de votre langue. « Nous sommes à 20 kilomètres de la mer et nos vignes reçoivent par conséquent les influences océaniques. Le sol est unique ici et confère cette singularité à nos vins.

A l’autre bout de la parcelle, les vignes, exposées au sud, bénéficient en plus des reflets du soleil dans le célèbre fleuve du Lima et la fraicheur la nuit ainsi que le brouillard pour maintenir l’acidité. » nous explique-t-on lors de notre visite.

Les vins sont élevés en cuves inox et depuis peu dans des œufs en béton.

La majorité de la production est en vins blancs avec les cépages régionaux Loureiro et Alvarinho, suivis de vins rouges au cépage teinturier Vinhão et rosés.

Et pourtant il y a encore quelques décennies le Vinho Verde produisait plus de rouges que de blancs !)

 

 

Terminons la dégustation avec les deux cépages locaux à ne pas manquer.

Appréciez le nez floral du laurier et du mimosa du loureiro, un vin à la belle acidité et des notes citronnées en bouche (Caroça Wines 2019, Loureiro, 12%) et l’alvarinho affichant avec sa qualité de production 13% d’alcool contrairement aux vins de table légers, année 2019, une légère pétillance en bouche et des arômes de melon, pêche et citron.

Audrey

Ecrit par Audrey DELBARRE
--------------------------------------------------------------- Passionnée par l’écriture, Audrey est une amatrice de vin joviale et enthousiaste, guidée par la richesse du contact humain ! C’est à l’Académie du vin du Cap en Afrique du Sud qu’elle affine ses connaissances dans les vins puis développe son inspiration à partir de ses rencontres et voyages dans les vignobles du monde.... Elle a décidé de se consacrer à l’organisation de séminaires et formations sur le développement des sens et des émotions grâce à l'œnologie.
Catégories : oenotourisme , Portugal

2 commentaires

  1. Beaux-Vins dit :

    Cela fait une éternité que je n’ai pas goûté un Vinho Verde certainement à cause de la mauvaise image que traîne ce vin.

    Un grand merci pour m’avoir redonné envie d’en goûter !

    1. Francois SAIAS dit :

      avec plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !