Theotoky, le vignoble nature de Corfou

Si vous êtes amateur de ruines antiques, de maisons blanches aux volets bleus, vous vous êtes trompé d’île. Corfou c’est à l’ouest, une grosse île verte et montagnarde à la jonction de la mer adriatique et de la mer ionienne.

Corfou fut très tendance dans les années 70-80 avec son Club Med mythique et ses nuits endiablées. Depuis, c’est retombé un peu.

Une île étonnante, pas loin de la botte italienne, à une poignée de kilomètres de l’Albanie – si, si  regardez la carte !

Cette côte albanaise, juste en face, dresse ses hautes montagnes désolées aux teintes mauves brumeuses.

Ce pays à l’histoire sanglante devrait bientôt entrer dans l’Union européenne.

 

LA POUDRIÈRE DES BALKANS

Corfou fut un acteur important de l’histoire des XIX et XXème siècles, celle de la « poudrière des Balkans ». Longtemps vénitienne, elle passa sous protectorat anglais puis subit la domination autrichienne et enfin le rattachement à la Grèce sans enthousiasme :

Corfiote oui, Grec peut-être

Son histoire est marqué par d’innombrables coup d’états, traîtrises, assassinats, bombardements. Les Ottomans ont tenté par 6 fois de l’envahir, et par 6 fois ils ont échoué. Respect.

La vieille ville de Kerkyra (Corfou ville) blottie à l’ombre de sa forteresse, est le témoignage presqu’intact d’un glorieux passé, attesté par son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

LE PALAIS DE SISSI

La rénovation des palais et des illustres demeures tarde un peu, faute de moyens. L’Achilleion, l’ex-palais de l’impératrice Sissi est un musée très visité, et les arcades du Liston rappellent l’influence culturelle française. Parmi les repères du passé, il y a le domaine Theotoky, celui d’une illustre famille corfiote, serviteur des Arts et des Lettres, de la Royauté et de la République. Elle a donné au pays quatre Premiers ministres, dont l’un fut assassiné. Theotoky ? Un domaine, à la fois culturel, agricole, oléicole et viticole.

LA VIGNE NON CONQUÉRANTE

La vigne est présente à Corfou, en treilles, en pergolas, en échalas dans les maraichers car ici on fait son petit vin perso qu’on partage en famille ou à la taverne. C’est l’olivier planté par les Vénitiens qui domine, qui façonne le paysage aves leurs gros troncs noueux vieux de 300 ans et plus.

Aussi le domaine Theotoky fait figure d’exception. Nichée sur les contreforts d’une vallée fertile autour de la rivière Ropa, proche de Corfou-ville, la propriété s’étend sur 130 hectares d’oliveraies, de cyprès, d’eucalyptus et de pâturages pour les ovins, bovins et équidés avec…seulement 6 hectares de vigne.

Parc écologique ou agroforestier, espace de biodiversité, culture organique, bio et même biodynamique ? Qu’importe le nom, ce que vous ressentez et voyez de vos yeux est puissant : une vigne non-conquérante respectant l’olivier, le figuier, les cyprès, les buissons, le foin, le tout baignant dans un écosystème vertueux. Je ne suis pas le seul à le ressentir, le jury du Berlin International Wine Competition l’a couronné Organic Winery of the Year 2020.

LES FEMMES AUX COMMANDES

La famille Theotoky est toujours aux commandes par les femmes aujourd’hui. Georges avait entrepris dans les années 60, la rénovation des installations avec du matériel venant d’Italie, puis Claudia son épouse prit le relais avec sa fille Esmeralda qui bouleversera les habitudes en introduisant l’agriculture bio. Ma mère était très inquiète au début car il pleut beaucoup à Corfou et les premières vendanges ont été difficiles, me dit Esmeralda dans son français parfait. Des liens forts avec l’Italie, la France, le Brésil, New-York donnent une dimension internationale à cette famille et à ce domaine tellement enraciné dans son terroir corfiote. Think global, act local.

DES CEPS FRANCS DE PIED

Spiros me parle technique aidée par Stephania, en charge de l’accueil, pour l’anglais. Non, le phylloxéra n’a jamais envahi Corfou– comme les Ottomans!- aussi nos ceps sont francs de pied. Quelle classe ! Je crois qu’il parle surtout du Robola, un cépage blanc autochtone qui, avec d’autres, avait enthousiasmé Caroline Furstoss de la RVF :  Et si les vins blancs grecs étaient les grand blancs de demain ? Et Spiros de m’expliquer que les « manquants » dans la vigne sont remplacés par marcottage et non par replantation.

Résumons-nous : permaculture, vigne franche de pied, culture bio certifiée, biodynamie partielle, vendanges manuelles bien sûr, levures indigènes, le domaine coche toutes les cases de l’excellence.

DU GEL À CORFOU ?

Vous savez, nous avons une très petite production, souvent en dessous de 15 000 bouteilles ;  cette année, avec le gel, il faut s’attendre à moins » me dit Esmeralda qui me voit surpris d’entendre parler de gel à Corfou. Inquiétude aussi pour la récolte des 4000 oliviers du domaine. Stéphania avancent les bouteilles pour la dégustation. La gamme est étroite : un blanc sec très majoritaire, un rouge et un rosé. Les vins sont multi-récompensés à Berlin, Las Vegas, Decanter. Les jurys ne se sont pas trompés du moins pour le blanc sec 2018 en cépage robola : fraîcheur, volume, équilibre, aromatique -comment capte-il les parfums de jasmin du domaine ? Le cabernet sauvignon me rappelle les « super Toscans » du Chianti, c’est le Médoc avec une acidité plus marquée. Le rosé 100% syrah a une belle bouche fruitée et une marge de progression à venir.

ICI ET MAINTENANT

Des vins vendus entre 9 et 14€ au domaine. On les trouve sur les bonnes tables de Corfou, les bars à vins, les cavistes. Un peu d’export, mais le domaine est très vite en rupture de stock. J’ai bien pensé ramener quelques bouteilles en France, mais c’est se priver du plaisir d’être «  ici et maintenant »  à Corfou, dans l’air léger parfumé au jasmin, de voir virevolter ces jeunes gens s’interpellant dans cette langue si complexe.

Je revois la fierté dans le regard de Spiros quand un amateur français le complimente  pour son travail.              

Allez-y et venez de notre part.

Jean Philippe

Ecrit par Jean-Philippe RAFFARD
--------------------------------------------------------------- Toujours volontaire pour une virée dans le vignoble du bout de la Loire, du bout de la France, du bout de l’Europe ou du bout du monde, là où il y a des vignerons, là où il y a du bon vin. Jean Philippe n’oublie pas sa vie antérieure en marketing-communication pour lever le voile sur le commerce du vin et l’ingéniosité des marchands.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !