Rabelais, plus vivant que jamais

La Devinière, ça vous dit quelque chose ? Allons droit au but : c’est le lieu de naissance de François Rabelais. On ne s’étendra pas sur le Grand homme de la Renaissance : l’humaniste, le visionnaire qui fut moine, médecin, écrivain, grand voyageur, si attaché à ses racines chinonaise pour en avoir fait le décor de ses romans Pantagruel et Gargantua.

Cette maison des champs de la commune de Seuilly fut joliment transformée en un petit musée bucolique, à l’écart de tout mais près de Chinon quand même. On aurait dit un « coin paumé » il y a quelques temps. Aujourd’hui, sa chance est d’être loin du chemin de fer, de l’autoroute, de l’urbanisation. Pourvu que les projets d’éoliennes restent dans les cartons !

RIEN N’A CHANGÉ OU PRESQUE

Le lieu surprend par sa modestie, un ensemble de bâtiments sobres aux murs épais, niché dans une verdure envahissante. Il y a le logis du maître, la maison du métayer, celle du vigneron, le pigeonnier-grange, le chai troglodyte, les jardins de massifs fleuris, les plantes médicinales, un verger et sur le côté, une vigne qui se déploie sur le coteau en regardant le sud. On se gratte la tête en se disant : l’immense bonhomme est né là il y a 500 ans !

C’est 6€ l’entrée, avez-vous une carte de réduction ? Le musée départemental d’Indre et Loire est attentif au pouvoir d’achat des visiteurs. Un brin de causette avec l’hôtesse tourangelle : c’est calme aujourd’hui– un dimanche ensoleillé de fin juin. On imagine le «calme » en hiver.

Le lieu est plutôt secret, peu de gens savent qu’il vient d’être restauré. Petite déambulation dans des pièces ornées de portraits, de gravures, de manuscrits. Le conservateur n’oublie pas la pédagogie en resituant le contexte historique du XVIème siècle  : François 1er les guerres d’Italie et les collègues humanistes : Erasme, Guillaume Budé, Étienne Dolet, Clément Marot.

L’idée la plus ingénieuse se situe dans la cave troglodyte- température 19° garantie. Là, des dizaines de feuilles de papier sont suspendues comme du linge à sécher. On peut y lire des citations, des extraits de texte.

Évidemment tous concernent le Grand homme, mais il n’y a pas que des louanges. Saviez-vous que Voltaire détestait Rabelais ? On le regarde comme le premier des bouffons ; on est fâché qu’un homme qui avait tant d’esprit en ai fait un si mauvais usage.

Victor Hugo n’était pas loin de penser la même chose.

ET LE VIN DANS TOUT ÇA ?

La petite vigne en pente est plantée en breton (cabernet franc). On me dit qu’elle existait au XVIème siècle.

Est-ce cette vigne qui fut le siège d’un terrible massacre ? Explication gargantuesque :  le frère Jean des Entommeurs, voyant une bande d’énergumènes vendanger la vigne, réagit très violemment : Aux uns, il écrabouillait la cervelle, aux autres il cassait bras et jambes, à d’autres il démettait les vertèbres du cou, à d’autres ils disloquait les reins, pochait les yeux, fendait les mandibules…Si un autre grimpait à un arbre croyant être en sécurité, avec son bâton, il l’empalait par le fondement… »

Quelques 500 vendanges plus tard, la vigne arbore des ceps en parfaite santé où déjà pointent sous le feuillage ces grappes miniatures, promesse d’abondance et de bons jus.

ON DÉGUSTE AU MUSÉE

Rien d’illégal dans ce que nous proposons. Vous achetez à la boutique du musée une bouteille du Clos de la Devinière 2018, AOC Chinon à 9,90€. Jamais homme noble ne hait le bon vin comme vous pouvez le lire sur l’étiquette. Un vin élaboré par le centre viti-vinicole de Chinon et l’Association des Vignerons des Coteaux de la Rabelaisie. Il existe aussi en AOC Chinon blanc Le jus de la vigne clarifie l’esprit proposé au même prix. Vous aurez pris soin d’emporter un tire-bouchon, quelques verres, une glacière, peut-être un parasol et des petites choses à grignoter. Là, en bordure de vigne une jolie table de bois avec ses chaises assorties vous attend pour le pique-nique culturel. Il existe d’autres emplacements si celui-là venait à être occupé.

Et pour honorer François Rabelais le grand précurseur de la langue française, voici un petit quiz. Vous savez que des dizaines de locutions courantes comme « les moutons de Panurge » ou « les guerres picrocholines » ont été inventées par l’illustre.

Qu’en est-il des mots suivants ?

– une anicroche

– la quintessence

– la substantifique moelle

– l’hargnosité

– l’automate

Un intrus s’est glissé dans la liste….

À vos smartphones !

Jean-Philippe

Ecrit par Jean-Philippe RAFFARD
--------------------------------------------------------------- Toujours volontaire pour une virée dans le vignoble du bout de la Loire, du bout de la France, du bout de l’Europe ou du bout du monde, là où il y a des vignerons, là où il y a du bon vin. Jean Philippe n’oublie pas sa vie antérieure en marketing-communication pour lever le voile sur le commerce du vin et l’ingéniosité des marchands.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. © 2022 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !