Qu’est-ce qu’on boit en croisière ?

Ira, ira pas ? C’est le petit jeu auquel se sont livrés les amis de mon fils Vincent, artiste-musicien basé à Miami depuis 15 ans. L’enjeu portait sur mon inscription à la mini-croisière du Sky de Norwegian Cruise Line qui assure la boucle Miami-Key West -Nassau (Bahamas) – Miami en 3 jours et 3 nuits. Tu vas voir, c’est très ricain… me dit l’une d’elle avec une moue dubitative alors que son compagnon tente de m’expliquer : les croisières, c’est un peu comme les parcs d’attraction à Orlando…

Tu vas découvrir leurs loisirs préférés avec MacDo et Pepsi à volonté !

Si la croisière ne fait pas débat aux États-Unis elle reste un sujet clivant ici en France.

Il y a les inconditionnels qui ne jurent que par l’ambiance extraordinaire type «Club Med à ses débuts» et les sceptiques qui soulignent le bilan carbone désastreux, l’enlaidissement de nos ports et la dégradation de la lagune de Venise.

L’écologie vertueuse a du retard de l’autre côté de l’Atlantique.

VERTIGINEUX

Passons sur la stupéfaction de se retrouver dans ce port de commerce gigantesque, au pied d’une cathédrale des mers de 260 m de long, 55 m de hauteur capable d’accueillir 2000 passagers.

Et encore, le Sky est loin d’être le plus gros navire.

Une fois en mouvement, le mastodonte silencieux s’engage dans la passe entre South Beach et Fisher Island pour rejoindre la pleine mer, bluffant !

Évidemment le public- les guests – est assez spécial. Coloré, bigarré, dévêtu et tatoué à souhait, il offre la palette la plus large d’un genre humain qui a mis ses querelles et divisions de côté pour s’offrir 3 jours de fête, de dépenses, de retrouvailles familiales et d’excès pour certains.

 

ŒNOLOGIE OU MIXOLOGIE ?

Oublions tout de suite les piscines du 12ème niveau où trône un open-bar central qui sert à grande rasade de pistolet un mélange suspect qui pourrait s’apparenter au mojito par le bout de feuille de menthe à peine décongelée. Où est passé l’art du cocktail ? C’est évidemment la grande dérive du all-inclusive des clubs de vacances. Le croisiériste applique quand même une limite à sa prodigalité en faisant payer un supplément pour toute boisson affichée à un prix supérieur à 15$. La découverte d’un bar-cocktail boudé du grand public mais pas des télétravailleurs m’a réconcilié avec la mixologie. Connaissez-vous le Side car ? (brandy, Cointreau, jus de citron frappés au shaker). Du bon boulot, merci à Chen le barman.

LE CHIC FRANÇAIS

Le bateau offre une large palette de restaurants : un immense self-grill, une salle à manger traditionnelle et deux restaurants de spécialité : Le Bistro et La Cantina. Je décidais de poser mes pénates au Bistro « le restaurant le plus élégant et le plus distingué de notre flotte. Jolies nappes blanches, ambiance intimiste et service attentionné participent à créer une expérience on ne peut plus chic. »

Pour moi, la qualité première du Bistro fut l’accueil magnifique de l’équipe de service.

Il faut dire un mot du personnel à bord, essentiellement philippin. En croisière, on est loin de manquer de personnel, vous les voyez partout, ces Philippins à la silhouette courte, fluide et discrète, à la tenue impeccable, au sourire accroché aux lèvres.

Merci à Angelica, Jeanne, Pablo et mille mercis à Love Santa, wine stewart (sommelière en chef). Chez nous à Manille, c’est une tradition et une fierté de travailler sur les bateaux de croisière.

Moi, je suis chez Norwegian depuis 25 ans, la compagnie m’a encouragé à passer des certificats en interne, le dernier c’était en restauration avec mention sommellerie.

On est loin de l’exploitation éhontée d’une main d’œuvre servile.

Les personnels rentrent au pays tous les 8 mois et disposent d’un accès illimité à l’internet pour échanger avec leurs familles.

TRÉSORS DE CAVE

Impressionnée par ma carte de visite Génération Vignerons, Love Santa se fit un plaisir de me faire goûter ses bouteilles préférées. On ouvrit le bal par la délicate attention de Veuve Clicquot, tight and creamy, with such an elegant bubble !…aveque dé boules éléguantts. Veuillez m’excuser, je ne sais pas écrire en phonétique, mais elle tenait absolument à répéter après moi en Français. Les coquilles sauce mousseline au wasabi furent servies avec un chardonnay de Californie de Spellbound wines .

Décidément je n’ai pas la bouche « californienne », trop marquée par le bois et la puissance. Love était sincèrement désolée et pour se rattraper elle me servit en extra un Brunello de Montalcino 2015 de castello Banfi de toute beauté. Évitez d’aller sur leur site, vous risquez d’être saisi d’une envie folle de vous rendre illico en Toscane !

Les vins français n’ont pas la présence rayonnante à laquelle on pourrait s’attendre sur la carte des vins. Quelques Bordeaux dont un Lafite Rothschild 2012 à 1250$ la bouteille « qui attend le client.» La Bourgogne représentée par la Maison Louis Jadot et le surprenant Gérard Bertrand qui pointe son nez avec un clos d’Ora 2016 en AOP Minervois La Livinière à 315$. Comment fait-il pour vendre ses vins sur les croisières américaines ?

Le négoce est parfois un art.

 

Le rhum des Bahamas

L’histoire débute par une mauvaise surprise : mon arrivée à Nassau (Bahamas). Après une nuit en mer bercé par la houle sous la voute tropicale, le Sky arrive au petit matin au port. De mon balcony, je vois que nous sommes littéralement collés à un autre géant des mers. Loin d’être au bout de mes surprises….je découvre cinq énormes paquebots de croisière faisant escale dans le port de Nassau. Au bas mot, 15 000 touristes se sont retrouvés dans cette ville sans charme de la Caraïbe, un grand marché à ciel ouvert où déambulent en tong les « pigeons » du jour.

Immense archipel corallien de 700 îles, situé entre le sud Floride et Cuba, les Bahamas forment un État du Commonwealth où l’on roule à gauche sur des routes défoncées, là où la vie locale ne s’est toujours pas remise de l’ouragan Irma (2018). Bien sûr, les Bahamas paradisiaques - ilots de sable et blue lagoon- existent, mais on n'y accède pas en bateau de croisière.

Tout se passait de mal en pis lorsque le minibus s’arrêta au pied d’un vaste domaine « bahaméen » comme on l’imaginait à l’époque coloniale.

Le Buena Vista Estate avec au centre la distillerie John Watling’s. C’est la dernière de l’île à produire une gamme de rhums exclusifs à partir de la canne à sucre locale. Le lieu très fréquenté est joliment restauré et propose aux visiteurs un petit musée sur l’histoire mouvementée de l’archipel.

L’Amber Rum, 5 ans d’âge vieilli en fût de bourbon, me balance une bombe de saveurs sucrées-épicées où le feu de l’alcool domine. Mon voisin colombien, bien plus connaisseur, huma longuement le breuvage, observa sa texture grasse, avec de porter le verre à ses lèvres avec d’infimes précautions.

La dégustation d’un spiritueux est très différente de celle d’un vin. Il me faudra songer à suivre une formation.

Jean Philippe

Ecrit par Jean-Philippe RAFFARD
--------------------------------------------------------------- Toujours volontaire pour une virée dans le vignoble du bout de la Loire, du bout de la France, du bout de l’Europe ou du bout du monde, là où il y a des vignerons, là où il y a du bon vin. Jean Philippe n’oublie pas sa vie antérieure en marketing-communication pour lever le voile sur le commerce du vin et l’ingéniosité des marchands.
Catégories : oenotourisme , USA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. © 2022 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !