Tours vaut bien le détour

Prendriez-vous des vacances à Tours ? Je ne doute pas de la réponse. Tours est une ville qu’on traverse, qu’on enjambe, qu’on contourne pour aller ailleurs. A tort, peut-être. Tours a magnifiquement rénové son centre-ville, les quais de Loire sont majestueux, les rues du Grand Marché et Colbert grouillent de bistrots plus sympas les uns que les autres. Ce plaidoyer de mon ami Jean Claude Bonnaud, éditeur du Vin Ligérien et tourangeau pure souche a fait mouche.

Je ne me lasse pas d’aller à Tours,

avec des petits crochets à Amboise ou à Loches, quand même !

Là, l’occasion était la 15ème édition de Vitiloire, une foire aux vins organisée par la Ville de Tours qui se déroule en plein centre-ville, le long du boulevard Heurteloup, face à la gare. Quelques chiffres : 35 000 visiteurs sur 2 journées, 138 vignerons exposants, 79 appellations vins du Val de Loire représentées.Mon Interloire du matin, en provenance de Nantes, me dépose dans l’imposante gare qui a un petit air de l’opéra Garnier. Me voilà au cœur de l’événement, 5€ pour le verre-sésame qui m’ouvre la porte à toutes les dégustations. Mon idée est de découvrir les vins rares de Touraine et de vous en faire profiter.

Premier arrêt chez Cédrick Bardin, Pouilly Fumé, Sancerre. Le fils est là pour aider papa, belle image. Quel est le cépage de l’AOC Pouilly-sur-Loire ? Le chasselas. Gagné ! J’en fais 6000 bouteilles par an, c’est une tradition ; beaucoup de mes confrères arrêtent. C’est difficile à faire et c’est vendu moins cher (6,20€ la bouteille) que le sauvignon. A l’époque il y avait 1000 ha plantés en chasselas principalement pour le raisin de table, aujourd’hui, il n’en reste que 70ha, les derniers. Le nez est faiblement aromatique, la bouche est fruitée, expressive, avec une perception fugace.

On continue à déambuler :

Connaissez-vous l’AOC Haut-Poitou ? Le domaine de Villemont me fait goûter un sauvignon fié gris « surprise d’antan » multi-médaillé, appelé aussi sauvignon rosé. Merci M. Bourdier, c’est très bon, votre domaine de 33 ha en Haut-Poitou mériterait d’être davantage connu. Arrêt chez Rémi Cosson, vigneron en AOC Noble-Joué. Noble pour cépages nobles et Joué pour Joué les Tours, m’explique son épouse. Une toute petite appellation de 40ha durement touchée par le gel fin avril, exploitée par cinq vignerons. Ici on fait un vin gris original issu d’un assemblage des 3 pinots : le meunier, le noir et le gris. Du corps, de la fraîcheur, des arômes ; une rareté à 5,50€ la bouteille.

Un peu plus loin, c’est Odile, l’épouse de José Marteau vigneron en AOC Touraine Oisly qui m’accueille. On s’est battu, avec nos 6 collègues pour faire reconnaître la tradition de la Sologne viticole et son terroir argilo-calcaire de 20 ha planté exclusivement en sauvignon ; on a obtenu l’AOC il y 6 ans. Un nez de fleurs blanches, d’agrumes, bien minéral en bouche, vous n’auriez pas une petite lichette de Saint Maure de Touraine pour l’accompagner ? Un jeune homme manipule son diable chargé de cartons de vins c’est un service proposé par Vilitloire ; des grooms sont à la disposition des clients pour amener leurs achats à leurs véhicules.

Et l’AOC Amboise ?

Un petit arrêt au Domaine de la Prévôté pour saluer Jean Baptiste Bonnigal & Stéphane Bodet, les jeunes vignerons ambitieux aux CV bien fournis qui ont repris le domaine il y a 2 ans. Tout est prêt pour le passage à l’AOC Amboise et son cépage 100% côt, prévu en 2018.

Les jardins de la Préfecture accueillent l’espace de la Cité Internationale de la Gastronomie. Il s’agit d’un nouveau label d’État décerné pour encourager les ambitions gastronomiques de villes ou territoires ; à ce jours quatre projets l’ont obtenu : Dijon, Lyon, Paris-Rungis et Tours ; tout le monde ne joue pas dans la même catégorie. Un bref échange avec M. François Bonneau, président de la Région Centre Val de Loire croisé à l’espace Presse. Nous donnons du contenu au label en multipliant les animations comme Vitiloire, sans investissement lourd à la différence de certains. (Dijon NDLR).

Sa cheffe de cabinet est très intéressée par Génération Vignerons, n’est-il pas vrai que les blogs gagnent en influence ? Quand même, Tours Cité Internationale de la Gastronomie c’est fort de café !! Connaissez-vous la Beuchelle tourangelle ? Une recette très rabelaisienne pour amateur de produits tripiers. Eh bien, c’est le plat emblématique de la Touraine, à base de ris de veau, rognons, marc et champignons……..de Paris ; On est loin des dîners Slow Food qui font fureur à Nantes !

Jean Philippe

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire