Qui a gagné la pipette d’or ?

La Pipette d’Or, on espère tous l’avoir un jour ! reconnaît Jean-Yves Bretaudeau, responsable du concours des vins et lui-même viticulteur.

PIpetteOrCe n’est pas Hubert Rousseau, du Domaine des Trois-Toits, à Vertou, Loire Atlantique, qui le contredira, lui qui a gagné la Pipette d’Or 2014. A ce titre son vin lauréat fut l’ambassadeur du Muscadet-sur-lie – un peu comme Miss France.

Il était présent sur les tables officielles du Conseil général, de la commune de Vallet et dans bien d’autres occasions, avec un joli macaron accroché à son goulot.

 

Voilà un concours créé en 1951 pour récompenser

Pipette d'or2primus inter pares, le meilleur Muscadet-sur-lie de l’année. Depuis, la tradition perdure en dépit des nombreux concours concurrents grâce au sérieux de l’organisation et à la ténacité des vignerons. A chaque nouvelle édition, ils sont une petite centaine de viticulteurs à envoyer un échantillon à l’organisateur Expo-Vall’ pour tenter de décrocher le Graal du vignoble nantais. Les échantillons passent par les palais de 4 jurys successifs ; arrivé au super jury qui regroupe 5 membres – quatre professionnels et un consommateur averti – la short-list ne compte plus que 12 vins ; parmi ces 12 vins, un seul sera lauréat de la Pipette d’Or.

Et le gagnant 2015 est…..….

Pipette d'or3Les frères Merlaud, les vignerons qui exploitent 50 hectares de vigne au domaine des Corbeillères à Vallet. Je vous rassure, le consommateur averti, ce n’était pas moi. Cependant les dégustateurs ont accepté avec beaucoup de gentillesse de me faire découvrir la sélection. Alors là, je suis encore une fois abasourdi par l’incroyable diversité des arômes de Muscadet. Rappelons la Petite leçon de Muscadet récemment publiée ici :

C’est toujours fascinant de s’imaginer comment les racines de la vigne parviennent à capter le « goût » de la roche et à le transmettre dans le spectre aromatique du vin. L’incroyable diversité des sols et sous-sols des appellations Muscadet – roches plutoniques (gabbro, granit), roches métamorphiques (gneiss, micaschiste, amphibolite)- en fait sa réputation sans oublier la surprenante capacité du cépage melon de Bourgogne à capter et à nous en transmettre les arômes.

Dans un concours de vin, faut-il préférer les dégustateurs amateurs, les professionnels issus de la filière ou un mix des deux ?

La question mérite d’être posée et la réponse pas évidente. Lors de ma dégustation aux Ligers 2015, j’étais heureux d’être accompagné par un vigneron et une œnologue, et en même temps mon opinion de consommateur (averti ?) les intéressait.

Jean-Yves Bretaudeau apporte, pour conclure, son éclairage :

C’est différent des concours des consommateurs où les gens ne sont pas initiés ; les gens issus du milieu recherchent avant tout la bonne typicité du Muscadet : fraîcheur, finesse, un peu perlant, parfumé mais sans exagération.

Jean-Philippe

photo à la Une : « Vigne muscadet 2 » par Cyril5555 — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons –

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial