les diplômes viti oeno à distance

On vous avait déjà parlé des offres de formation à distance des écoles du vin, des Mooc, du WSET, mais on ne vous avait pas encore parlé de celle d’Eduter-CNPR*. On aurait peut-être pu commencer par là…

Nous sommes LE Centre National public de formation à distance aux métiers de l’agriculture. Nous précise Alain Perraud en charge de la communication. Un peu comme le CNED pour l’enseignement secondaire mais dépendant du Ministère de l’Agriculture.

En viti-oeno, on propose la préparation au Bac Pro et depuis cette année au BTSPour la majorité de nos apprenants ce ne sont pas des formations initiales. Ils ont déjà quelques années d’expérience professionnelle et pas toujours dans le domaine du vin. Mais la plupart a un projet pour lequel ils veulent acquérir de nouvelles compétences. Ils ont entre 22 et 62 ans et viennent de tous les latitudes : région parisienne, pas mal de Corses, mais aussi Portugal, Chili…

Roland Conq en concert

Roland Conq lui ne vient pas de si loin, il est breton. A 45 ans, c’est un musicien reconnu et très demandé sur les Fest-Noz.

Lorsqu’en 2016 il entend parler de l’ouverture des droits de plantation, il se dit qu’il va planter des vignes en Bretagne et un jour devenir vigneron…

Un vieux rêve pour lequel il décide de se former à distance.

 

Maurice Huguet et Nathan Preteseille

Nathan Preteseille, 26 ans. Son grand père possède un petit domaine de 10 hectares dans le Vouvray, le domaine Maurice Huguet. Il lui donne régulièrement un coup de main.

Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur de l’INSA à Toulouse, Nathan entreprend un VIE (Volontariat International en Entreprise) en Thaïlande. Au cours de ce séjour, il se forge une vision du savoir-faire français en matière d’agriculture…Du coup il réalise la valeur de la petite exploitation familiale et la nécessité d’en assurer la continuité.

Alors, en parallèle de son doctorat, Il n’hésite pas à entreprendre un Bac Pro viti-oeno à distance et de créer une société commerciale autour du domaine grand-paternel…

 

 FOAD pour formation ouverte et à distance

Le grand avantage de la Formation Ouverte et à Distance, c’est sa souplesse : on entre et on en sort quand on veut. Alain Perraud : Souvent les gens s’inscrivent en septembre et préparent l’examen pour juin de l’année d’après. Ils vont préparer leur diplôme en moins d’un an ! Car pour nombre d’entre eux il y a un projet de reconversion, il faut obtenir son diplôme le plus vite possible, l’enjeu parfois aussi d’acquérir la capacité professionnelle pour bénéficier des aides Jeunes Agriculteurs. La formation se fait au rythme décidé par l’apprenant. Très souvent les gens travaillent à côté, donc la préparation de leur diplôme ça va être le soir, le week end.

Laurence Gensac

Laurence Gensac, 33 ans a choisi de passer son Bac Pro à distance mais en 2 ans. Titulaire d’un double diplôme master 2 en commerce et négociation internationale ainsi qu’un diplôme de sommelière en 2012, elle avait ressenti le besoin d’une formation ciblée viticulture pour aborder son projet d’installation dans le Maine et Loire, sa région. J’ai un emploi dans le commerce du vin : je ne pouvais pas à la fois ET travailler ET étudier ET faire un stage…

Car il ne faut pas sous-estimer la difficulté. On aurait tendance à penser que, parce que c’est à distance, c’est moins compliqué, ca va plus vite, ce n’est pas le cas ! Alain PerraudCa demande un gros investissement personnel. Quand les gens ont un projet de formation, c’est qu’il y a un autre projet au delà…

D’après Laurence, pendant cette formation à distance : on n’est pas du tout entouré, il faut vraiment être très indépendant et puis le vouloir parce qu’il n’y a pas un professeur ou quelqu’un qui vous envoie un email pour vous demander comment ça se passe…

autre point fort de cette formation à distance : le présentiel !

Ca peut paraître paradoxal mais Eduter-CNPR, fort de ses 53 années d’expérience, connaît les limites de la formation à distance et la solitude de l’apprenant, Alors des sessions de regroupement ont été mises en place dans le lycée viticole partenaire, à Orange dans le Vaucluse. ils vont s’enrichir mutuellement dans le cadre de leurs échanges. C’est une de nos richesses, cette socialisation qui va apporter de la motivation car sinon on est très seul…

C’est joliment dit mais c’est à relativiser toutefois : Roland le musicien n’a pu s’y rendre faute de moyens financiers, pour Nathan l’ingénieur expatrié, les dates ont été publiées trop tardivement pour ajuster son agenda thaïlandais…Laurence quant à elle a participé à une seule session. Orange c’est loin, pas très accessible, il faut une voiture sur place, payer son hébergement… Tous regrettent de n’avoir pu partager le contenu de ces sessions et l’absence de plateforme en ligne pour le faire. D’autant que des documents supplémentaires y sont distribués par les enseignants qui ne daignent pas les partager avec les absents…Approche scolaire un peu désuète ou erreur de cible ? Les apprenants ne sont pas des ados mais des adultes qui ont parfois dû payer leur formation de leur poche…

Une formation pour laquelle chaque apprenant dispose d’outils pédagogiques adaptés au programme du Bac Pro, au référentiel comme on dit au Ministère.  Nathan : on avait entre 10 et 15 kilos de livres plus une plateforme en ligne avec des choses parfois similaires, parfois différentes, peut être qu’une ré-harmonisation pour avoir les mêmes contenus en ligne serait intéressante…

un stage pour toucher du doigt

Heureusement dans le programme il y a le stage de 8 à 10 semaines en entreprise qui doit être fractionné pour suivre les cycles de la vigne et du vin. A la clé, un rapport technique et économique qui est l’une des épreuves de l’examen. LaurencePour être franche, le plus de cette formation, ce qui m’a le plus aidée, c’est le stage…

Roland Conq a trouvé son stage sur les Côteaux d’Ancenis, pas trop loin de chez lui. Le Muscadet aurait été plus près mais ça ne tournait qu’autour d’un seul cépage. J’ai fait 9 semaines étalées sur une saison entière dans un domaine qui cultive 7 cépages. Comme je ne suis pas issu de ce milieu, ça m’a permis de rentrer dans le vif du sujet, je comprends mieux les choses.

Pour Laurence Gensac, je ne voulais pas travailler dans un domaine conventionnel. Ca ne correspond pas à mon projet ni à ma philosophie, ni à mon éthique.  J’ai ciblé un domaine en bio qui travaille avec un minimum d’intrants. C’est le domaine du Fresche qui l’accueillera.

Pour Nathan Preteseille : je l’ai fait dans l’exploitation qui est en bail avec celle de mon grand père. C’est une exploitation d’une quarantaine d’hectares avec plusieurs employés, une autre mesure, ça m’a permis de voir beaucoup de choses différentes sur le cycle de production, l’EARL Maillet.

Sur les 20 candidats au Bac Pro viti-oeno inscrits en préparation chez Eduter-CNPR en 2018, 16 ont présentés l’examen et 14 ont obtenu le diplôme. Parmi eux, nos trois témoins sont unanimes : Roland Conq a trouvé que la formation était plutôt bien organisée notamment avec la plateforme internet : je n’ai pas du tout eu l’impression de perdre mon temps. Tout ce qu’il y avait à prendre, je l’ai pris. Laurence Gensac : C’est la formation qui m’a paru le plus correct pour avoir une bonne base en viticulture. Thomas Preteseille : Globalement j’ai trouvé ça positif.

On attend maintenant les commentaires sur la préparation au BTS en formation à distance…en 2021.

François

*pourquoi Eduter-CNPR ?

Eduter pour Education et territoire, CNPR pour Centre National de Promotion Rurale.

A une époque où les jeunes partaient faire leur service militaire en coopération internationale -ils partaient 18 mois- beaucoup d’enfants d’agriculteurs y allaient. Les ministères de  l’Armée et de l’Agriculture se sont mis autour de la table et se sont dit qu’il fallait profiter de cette période où ils étaient loin de la famille et de la ferme pour leur faire acquérir des compétences. C’est là qu’est née l ‘idée de la création de ce CNPR. Et l’histoire dit même que les petits livrets de cours que nous éditons aujourd’hui au format A5, étaient à l’origine faits pour rentrer dans la poche des treillis ! Alain Perraud.

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial