Gigondas, le prince des Dentelles

Allez ! cette semaine encore on veut vous changer les idées : bas les masques et cap sur le Vaucluse !

Il est dit que Wagner raffolait des vins de la vallée du Rhône… Cette voie navigable idéale, reliant Lyon à Marseille, a contribué grandement à leur essor commercial et à leur notoriété. Les rives de ce fleuve indomptable accueillent nombre d’appellations de renom.

Celles plus au nord s’accrochent à ses coteaux abrupts tandis qu’en descendant vers le sud, les vignes s’épanouissent sur un sol caillouteux, moins accidenté.

C’est ici, au nord d’Avignon, aux portes de la Provence, qu’il fleure bon la lavande et la garrigue, où les oliviers fréquentent les chênes et où l’huile se marie à la truffe, pour le plus grand bonheur de nos papilles.

Ici où nous découvrirons un terroir de caractère et ces fidèles ambassadeurs.

des vignes deux fois millénaires

La vigne telle que nous la connaissons, Vitis Vinifera, arrive avec les Grecs, vers 600 av.-J.C, par le delta du Rhône et s’implante autour de Marseille. Au Ier siècle de notre ère, la romanisation de la Gaulle ancre la viticulture dans les villages et les légions apprécient déjà les vins d’Ardèche et de Drôme ainsi que le passum, vin doux issu de raisins confits au soleil.

Conservés et transportés par jarres ou par amphores à l’époque, le tonneau, par sa facile manipulation et sa solidité, aura progressivement gain de cause.

Force est de constater que les traces laissées par les Romains sont nombreuses, comme en témoigne le théâtre antique d’Orange datant du Ier siècle av.-J.C.

Haut lieu de scène, il est l’un des mieux conservés d’Europe et est admiré en particulier pour son mur de scène, préservé.

 

direction Côtes du Rhône

Partons explorer les vins des Côtes du Rhône méridionales. Outre le très connu Châteauneuf-du-pape, le gourmand Beaumes-de-Venise et le poétique Vacqueyras, penchons-nous sur prince des Dentelles : le Gigondas. Son nom serait-il hérité du latin Jocunditas signifiant joie et allégresse ? Après l’avoir dégusté, il est fort probable que oui.

une géologie unique

Le Massif de Suzette ou « Dentelles de Montmirail» est le paradis des escaladeurs et des aventuriers. Cette formation géologique est unique : le temps a érodé et ciselé la roche en un long ruban dentelé. Les dentelles de calcaire de 732m dominent un paysage de vignes, de forêts méditerranéennes (chêne vert, pin d’alep, thym…) et de roches.

previous arrow
previous arrow
next arrow
next arrow
PlayPause
Full screenExit full screen
Slider

Plantées sur des terrasses de cailloux roulés de l’Ouvèze (affluent du Rhône) qui emmagasinent la chaleur le jour et la restituent la nuit, certaines parcelles de Gigondas trouvent refuge au pied des Dentelles qui créent un microclimat spécifique. A l’omniprésence du calcaire s’ajoutent une grande variété de sols : limons, colluvions, safres, marnes…

Puissance et élégance

A cela s’ajoutent l’identité du vigneron dont certains s’inscrivent de plus en plus dans une démarche de respect de l’environnement et de la biodiversité.

Une belle déclinaison de Gigondas s’offre à vous. Et elle est à l’image des Dentelles : l’alliance de la puissance et de l’élégance.

Une grande finesse aromatique et une subtile touche d’acidité sont issues de l’assemblage du grenache, majoritaire, de la syrah et du mourvèdre.

Adossé aux Dentelles, ancien fief des Princes d’Orange, Gigondas conjugue art et vin. Un cheminement des sculptures (œuvres semi-monumentales, création artistique contemporaine), entre en contraste avec la ruralité et la terre.

Le sentier pédestre pour monter au vieux château est un chemin d’apprentissage avec ses tables des terroirs, de restanques botaniques de vignes sauvages et cultivées, de grands cépages et d’essences méditerranéennes méconnues.

Cave et Caveau

Afin d’appréhender ce vin rhodanien et de comprendre l’influence du climat, le rôle du sol et le travail des hommes, je vous emmène faire deux visites :

previous arrow
previous arrow
next arrow
next arrow
PlayPause
Full screenExit full screen
Slider

Première étape : le caveau de Gigondas, sur la place principale du village, qui permet la découverte de plus d’une centaine de cuvées du Cru.

Cette incroyable gamme propose les produits de 98% des vignerons de l’appellation.

Durant l’été, les hospices de Gigondas, proposent gratuitement plusieurs espaces pédagogiques : espace sensoriel pour les enfants, espace terroir et biodiversité avec un film d’animation sur la formation des Dentelles…

Seconde étape :  Gigondas la Cave à l’entrée du village. Créée en 1956, elle représente 15% des 1 200 Ha de l’appellation avec des vins en appellation Gigondas mais aussi Vacqueyras, Beaumes-de-Venise, Côtes du Rhône…

Les 83 adhérents sont inscrits dans une démarche militante de culture raisonnée et de recherche d’amélioration qualitative des produits.

 

ma dégustation

L’INTENSE 2016

Les notes de fruits noirs se mêlent à celles de vanille et d’épices poivrées, dues en partie à un élevage en fûts de chêne neufs.

La concentration des arômes s’allie à une certaine fraîcheur.

L’agneau de Sisteron, spécialité locale, confit à l’huile d’olive avec une purée d’artichaut s’accordera à merveille.

Les deux prochaines cuvées sont dites d’exception car issues de sélections parcellaires de vieilles vignes et vendangées manuellement ; elles égailleront les repas de fête, notamment celui de Pâques.

LE BRUT DE FOUDRE 56 2014

Ce vin de grande qualité a nécessité un élevage de 12 mois en foudre de chêne.

Ses arômes de cerise kirschée évoluent, en vieillissant, vers des notes de sous-bois et truffe.

Par des tannins affirmés, il est charpenté et se mariera parfaitement avec un gibier rôti ou une côte de bœuf grillée.

 

LE PRIMITIF MMXVI 2016

Beau mélange de fruits noirs, cerise, garrigue.

Puissant et concentré, sa bouche est complexe et longue. Sa finale se fait poivrée.

Il donnera le LA à un gigot d’agneau et à sa poêlée de champignons sauvages.

 

La Cave propose tout au long de l’année des dégustations (7 à 10 € selon le nombre de vins dégustés et l’accompagnement) ainsi qu’un large programme d’animations oenotouristiques à prix abordable. Randonnées, soirées musicales et ateliers autour de la truffe avec le restaurateur de Carpentras chez Serge, Serge Ghoukassian, véritable ambassadeur de cet autre produit d’exception ou autour du chocolat avec Caroline Chochois, chocolatière de Gigondas, la chocolaterie Lencieux.

petit détour par l'Université du Vin

Enfin, terminons notre périple par le château de Suze la Rousse, propriété du Conseil Départemental de la Drôme, qui abrite l’Université du Vin ouverte en 1978.

L’édifice du XIIème siècle, construit sur un éperon rocheux dans un but stratégique et défensif, a appartenu à Bertrand des Baux, prince d’Orange et seigneur de Suze. Puis, au fil des mariages et successions, entra dans la lignée des la Baume-Suze où 11 générations y vécurent.

Escalier de marbre, gypseries, ornements de stuc au plafond (symbolisant la vigne, le chêne et la guerre), jeu de paume, éléments architecturaux gréco-romains, médiévaux ou de la Renaissance… retracent l’histoire de cet ouvrage militaire.

En parallèle des activités de formation et d’enseignement de l’Université du vin auprès d’un public amateur et professionnel, la forteresse propose au visiteur un parcours de découverte mêlant architecture et décoration intérieure avec le monde de la vigne et du vin via différentes approches : art, histoire, économie…

Play
Shadow
Slider

Et puis voici quelques mots d’Alain Passard, chef cuisinier de l’Arpège, qui vous donnera l’envie de rencontrer le Prince des Dentelles : “Les bouteilles de Gigondas, je les ouvre avec beaucoup de décontraction…ce vin appelle la communion“.

Caroline

Photo à la Une : ©Ilka Kramer

Ecrit par Caroline PELLOT
--------------------------------------------------------------------- Une valise dans une main, un verre dans l’autre, Caroline est toujours enthousiaste à l’idée de découvrir vins, spiritueux et autres délices qui s’inscrivent dans l’histoire des hommes et dans leur culture. Titulaire d’un D.U. « Œnotourisme » et préparant le WSET 3 en vue d’une reconversion professionnelle, Caroline n’hésite pas à prendre la plume pour faire partager aux lecteurs son goût pour le voyage, les rencontres et la dégustation.
Catégories : cépages et terroirs , France

2 commentaires

  1. Pellot dit :

    Toujours aussi intéressant alliant histoire, géographie
    et anecdotes
    Manque plus que le(s) verre(s) de dégustation

  2. DEFEU dit :

    Merci beaucoup pour cet article, très bien fait alliant culture, découverte et retour d’expérience. Grâce à vous, je vais tenter de découvrir ces vins le plus rapidement possible.
    Bonne continuation et au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !