l’Ecosse, le Whisky, Edimbourg…

A quelques jours du Brexit et alors que la question de l’indépendance est au cœur de toutes les conversations des Ecossais, je vous propose de nous pencher sur ce qu’est l’Ecosse, le whisky, Edimbourg…

L’Ecosse et ses Ecossais

Réputée pour ses lochs, ses châteaux et ses paysages tourmentés, l’impertinente offre traditions et légendes séculaires ainsi qu’us et coutumes pittoresques. Cornemuses, tartans, kilts… font partie du quotidien des Ecossais, fiers de représenter le folklore de leur pays et de proclamer le « Flower of Scotland », l’hymne populaire (alors même que l’hymne national officiel est … God Save the Queen !).

Composé par Roy Williamson, du groupe folk The Corries, dans les années 60, il est particulièrement utilisé lors des matchs de football ou du « Quinze du Chardon », l’équipe nationale du rugby.

Pour l’anecdote, l’histoire remonte vers 1010. Afin d’attaquer le château de Stains par surprise, les Vikings marchèrent pieds nus, de nuit, en approche de la forteresse…entourée de champs de chardons !

La garde écossaise, alertée par les cris, put contrecarrer cette attaque et remporter une belle victoire.

Voici la version originale des Corries et, intercalé, un extrait du Flower of Scotland joué pour la première fois lors du match de rugby Écosse – Angleterre en 1990 :

Play
Shadow
Slider

L’Ecosse et ses whiskies

L’Ecosse et la rudesse de son climat se comprennent aussi à travers son nectar mythique : le whisky. Le célèbre poète écossais Robert Burns en chantait ses louanges et proclama « Whisky et liberté vont ensemble ». Lors de la Burn Night le 25 janvier, on fête son anniversaire en chantant ses poèmes avec un bon whisky servi sur le plat typique, le haggis (une panse de brebis farcie).

A l’image du vin, il possède une symbolique forte née d’une histoire et des hommes qui la composent. L’Irlande avec son whiskey revendique la paternité de ce golden breuvage. Cependant, l’art de la distillation aurait été importé par des moines irlandais, lors de leurs voyages évangélisateurs du IVème ou Vème siècle, sur les terres écossaises.

Single, Pure and Blend...

Rappelons que le Single Malt est élaboré par distillation d’un moût d’orge maltée, vieilli pendant au moins trois ans en fût de chêne et embouteillé en Ecosse. Il est issu d’une seule distillerie contrairement au Pure Malt.

Le Whisky de grain est élaboré par distillation d’un mélange d’orge maltée (10 à 20%) et d’autres céréales maltées ou non maltées (blé, maïs…), vieilli pendant au moins trois ans en fût de chêne et embouteillé en Ecosse.

L’assemblage des deux (20 à 40% de malt + 60 à 80% de grain) se nomme Blend. C’est par son caractère que se définit un whisky et non par sa provenance.

Cinq appellations se partagent l’île

Les plaines agricoles des Lowlands sont soumises à la douceur du climat, il en résulte des whiskies légers, peu tourbés, aux notes douces et herbacées, surnommés « lowland ladies ».

Les Highlands sont découpées en îles au sol volcanique proposant une belle diversité : des malts corsés, tourbeux, fumés ou d’autres plus délicats. Plus nous nous dirigeons vers le nord, plus ils ressemblent aux paysages : puissants et robustes.

Le « triangle d’or », la Speyside, au cœur même des Highlands, est parcourue de rivières pures et couverte de luxuriants paysages. Ses whiskies sont réputés pour être raffinés, conjuguant douceur fruitée et fumet délicat.

La richesse de la tourbe et les embruns qui balaient l’île d’Islay ou « l’île du whisky »  confèrent puissance, notes fumées et iodées à ses malts.

La notoriété de la presqu’île de Campbeltown vient de ses breuvages uniques. Ses notes maritimes très soutenues et sa saveur salée voire saumâtre au palais ont su conquérir un public de fidèles amateurs.

L’Expérience Whisky et autres petits plaisirs

J’ai découvert cette belle diversité, expliquée de manière simple et ludique, à l’Expérience Whisky d’Edimbourg. Ce musée vous invite à une visite didactique, sensorielle et innovante afin de découvrir tous les secrets du whisky écossais et la spécificité de ses régions.

La dégustation se poursuit par la visite de la collection de près de 3 384 bouteilles de whisky de Claive Vidiz, membre fondateur de l’Association brésilienne des collectionneurs de whisky.

Il est même possible de dîner au milieu de ce trésor en privatisant la salle.

J’avais le choix entre deux visites : le silver tour à £17 ou le gold tour à £29.50.

 

Le tour complet s’imposa à moi : il ajoute à la visite une dégustation de 4 Single Malt :

un Glenkinchie de 12 ans d’âge (Lowlands),

un Deanston de 12 ans d’âge (Highlands),

un Benromach de 10 ans d’âge (Speyside)

et un Port Charlotte de 10 ans d’âge (Islay), avec une fiche de dégustation pour noter et comparer les sensations.

Il manquait juste un malt de Campbeltown.

 

Ceci permet d’identifier le type de whisky qui vous sied le mieux. Cette expérience mémorielle et mémorable est à vivre si vous êtes de passage à Edimbourg.

 

Play
Shadow
Slider

A côté de ce musée, se trouve l’imposant château, d’utilité militaire pendant près de 300 ans, dont les vues sur Edimbourg font certainement partie des plus belles.

Vous pourrez aussi admirer les joyaux de la Couronne écossaise ou assister courant août au Royal Edinburgh Military Tattoo, LE festival de traditions, de cérémonies et de spectacles.

La générosité est le maître mot de ce périple, celui qui définit le mieux l’Ecosse, son whisky et ses Ecossais !

Caroline

Photo à la Une : ©Visitscotland : viaduc de Glenfinnan

Ouvrage « WHISKY, le guide l’expert » de La Maison Du Whisky

Ecrit par Caroline PELLOT
--------------------------------------------------------------------- Une valise dans une main, un verre dans l’autre, Caroline est toujours enthousiaste à l’idée de découvrir vins, spiritueux et autres délices qui s’inscrivent dans l’histoire des hommes et dans leur culture. Titulaire d'un DU oenotourisme et du WSET3, Caroline n’hésite pas à prendre la plume pour faire partager aux lecteurs son goût pour le voyage, les rencontres et la dégustation.
Catégories : oenotourisme , Royaume-Uni

15 commentaires

  1. Bravo Caroline, c’est très didactique !

  2. Did37500 dit :

    Très intéressant on apprend beaucoup de choses sur Ecosse et ses différents whiskies.

  3. Belle découverte d’un breuvage que je ne connaissais pas, étant issue d’une région vinicole.
    Très belle découverte d’un pays que je ne connais pas. Cet article très instructif me donne l’envie de le découvrir et de déguster son whisky.
    Félicitations de cette très belle plume.

  4. Bravo aussi bien pour le fond que pour la forme surtout quand on ne connait rien au whisky ni à l’histoire de l’écosse
    A poursuivre

  5. Un très beau voyage qui suscite l’envie.
    Très bon article…Bravo

  6. Ce pays est tellement bien décrit que l’on n’a qu’une envie le découvrir et bien sûr goûter son whisky
    Super Caro

  7. Antoine dit :

    On se laisse transporter par ces belles descriptions. Une belle plume

  8. Quant la lecture de ces mots distillés avec finesse traduit aussi bien les paysages que la chaleur humaine qu’ils drainent.. Alors on a envie de tenter l’aventure. Les mots sont distillés avec telle finesse.

  9. Fanny dit :

    C’est un voyage raffiné que CAROLINE nous fait vivre à la lecture de cet éveil des cinq sens et une passionnante plongée dans l’Histoire du whisky et du symbole qu’il représente en Écosse.

  10. Guillaume dit :

    Merci pour cet article très instructif et enrichissant, Caroline !

    Y a-t-il différentes variétés d’orge à l’instar des cépages du vin ?
    Font-ils des essais sur des élevages différents (différents bois, différentes chauffes, différentes origines..) ?

    1. Caroline dit :

      Il y a plusieurs avis sur la question de l’orge… Une vraie sélection est réalisée: certaines distilleries préfèrent les anciennes variétés malgré leur fragilité (Golden Promise) et d’autres misent sur des variétés plus résistantes et au rendement en alcool supérieur (optic). Ce qui est sûr, c’est qu’un orge riche en amidon est conseillé pour un bon rendement en alcool. Les variétés influeraient sur le profil organoleptique du produit (notamment le bere, ancêtre de l’orge actuelle). Selon Martine Nouet, grande spécialiste, on ne peut pas parler de notion de terroir comme pour le vin. Autre élément à prendre en compte, l’eau et sa composition. Plus l’eau est pure, plus le produit sera qualitatif. Plutôt douce pour une meilleure dissolution des céréales quoique Glenmorangie utilise une eau dure, riche en minéraux, pour mieux concentrer les arômes. Pour le séchage, on évoquera aussi la composition de la tourbe (compacité, richesse en végétaux…). Comme le vin, les levures naturelles et/ou de culture modifient le profit aromatique (même débat entre les deux types de levures que pour le vin). Enfin, la forme et la taille des alambics forgent le caractère et la typicité du futur malt : l’art de la distillation. Double en Ecosse, triple en Irlande. Traditionnellement, l’Ecosse utilise les fûts de chêne sessile (après élevage des xérès oloroso). Aujourd’hui, le chêne du Limousin utilisé pour le cognac est aussi convoité. Soit le fût est brûlé (le degré de chauffe détermine les arômes), soit il est loué pour élevage du xérès, cette dernière technique est la plus recherchée car la tendance est aux affinages. Des expérimentations sont effectuées par les distilleries écossaises avec le madère, le Porto, le sauternes, le Bordeaux, le Calvados… Ce qui est incroyable, c’est aussi l’influence de la mer tout au long du processus et notamment lors du vieillissement du whisky, selon si les embruns entrent en contact avec les fûts… J’espère avoir répondu à tes interrogations. Il y aurait tant à dire… Et encore je n’ai pas évoqué les blends ou les autres pays

      1. Guillaume dit :

        Merci Caroline !
        Fascinant – cela rejoint de nombreux domaines, qu’il s’agisse du vin, de la bière, ou des spiritueux orientaux (saké).
        On retrouve de grandes lignes qui semblent converger vers les mêmes recherches qualitatives (sélection des variétés, de l’eau), technologiques (élevages), les mêmes débats (levures)…C’est un petit monde tout cela ! 🙂

        Merci encore !

  11. Philippe dit :

    Caroline m’a fait voyager dans les images, les sons, et les dégustations… elle écrit bien, elle décrit bien, elle partage et me donne envie de goûter…

    1. Caroline dit :

      Je vous remercie pour ce beau commentaire. Mon objectif est donc atteint

  12. Thierry dit :

    Très bon article,bien écrit et explicite.Après sa lecture,donne envie de visiter l’Ecosse,ses distilleries et surtout apprendre à connaitre ,goûter et savourer Les Whiskies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 - GENERATION VIGNERONS
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Ce site vous plait ? faites le savoir !