Des trophées oui, des Bacchus non !

Les Assises nationales de l’Œnotourisme de l’automne 2018 ont donné le coup d’envoi à de nombreuses initiatives pour promouvoir la destination France. Quoi de mieux que de lancer des concours pour stimuler la créativité des acteurs de la filière ?

Les médias toujours à l’affut de l’évènement ont pris la balle au bond, le magazine Terre de Vins  vient de lancer les Trophées de l’Oenotourisme qui se dérouleront le 29 mars prochain à Paris, avec le soutien d’Atout France. D’autres initiatives suivront, n’en doutons pas.

Pas très claire cette affaire

Le Val de Loire n’est pas en reste et c’est à Destination Angers qu’a été confiée l’organisation du concours Les Bacchus de l’Oenotourisme.

Ce concours est-il la sélection régionale des Trophées de l’Oenotourisme comme l’a indiqué Rodolphe Wartel, l’intrépide directeur de Terre de Vins lors de la remise des prix ? Aura-t-il une vie propre en dehors du Trophée national ? Pour l’instant, c’est plutôt confus.

 

le palmarès ? J'adhère

Que cet embrouillamini ne gâche pas le plaisir des cinq lauréats de cette première édition dont les résultats furent dévoilés lors du Salon des Vins de Loire à Angers.

Un palmarès équilibré à l’image du Val de Loire : géographiquement avec l’Anjou, la Touraine et le Pays nantais représentés ; sociologiquement avec des vignerons, des prestataires, des institutions, des professionnels confirmés et des nouveaux venus.

Catégorie Hébergement-restauration : L’Auberge Des Isles à Montreuil Bellay, délicieusement logée en bord du Thouet, au pied du château médiéval est une excellente table dotée d’une belle carte des vins. Trip Advisor est conquis tout comme le jury et moi aussi : la visite est prévue pour l’été.

Catégorie Valorisation touristique au Domaine : Le secret de la Dive bouteille, c’est le nom de l’escape game, conçu par Vincent, le fils, qui se déroule dans le nouveau chai de Pierre et Bertrand Couly à Chinon .

Une idée top géniale : un jeu d'évasion dans le chai de vinification. Vous êtes enfermé dans la cave familiale et vous avez 60 minutes, pas une de plus, pour percer les secrets de ses grands vins...

 

Catégorie Vente de produits oenotouristiques : Le jeune italo- tourangeau Mario Tirelli de Val de Loire Travel Tours se trouve récompensé pour sa plate-forme et son service dans la promotion touristique des Châteaux et Domaines.

Il me rappelle Florian Garcenot, de Bourgogne Evasion rencontré il y a 3 ans à Beaune. Je souhaite à Mario la même réussite.

 

Catégorie Promotion du Vignoble : Ah ! Les Muscadetours enfin récompensés. Une belle saga du Pays nantais qui a démarré en 2012 pour prendre année après année ampleur et notoriété. Ces 3 journées d’octobre sont ponctuées par les Agapes, un buffet géant -on parle bientôt de 1000 convives- où les amateurs de vins, de gastronomie et de convivialité sont accueillis de la plus belle manière par les chefs et les vignerons.

Génération Vignerons était toujours présent lorsque l’événement se déroulait dans des lieux prestigieux (Goulaine, Briacé, La Garenne Lemot). Maintenant qu’il se tient sous une tente, le charme s’évapore un peu.

Le Coup de Cœur du Jury revient à Laura Semeria, du domaine de Montcy, Cheverny. La vigneronne italienne a construit sa notoriété sur la qualité de ses vins, sa culture en biodynamie et ses initiatives originales dans l’accueil des visiteurs avec ses hébergements insolites.

Elle déclare non sans émotion à Alexandre Abellan de Vitisphère : c’est grâce à l’œnotourisme que nous sommes toujours là. Cela nous a permis de survivre avec les pertes de récoltes successives.

 Un bon départ pour ces « Bacchus », sauf que….

Serais-je donc le seul à trouver ce nom ridicule ?

On sait que Bacchus est cette divinité romaine qui évoque côté pile la joie de la boisson et côté face ses ravages.

La charge scandaleuse du mot s’est affaiblie, aussi voit-on fleurir par dizaines des restaurants, des caves et bars à vins à l’enseigne du Petit Bacchus – vous savez, ce personnage joufflu et gentiment dépravé. La promesse est simple : ici on s’encanaille avec un patron bon vivant qui s’y connaît en vin.

 

où est la cohérence ?

Et quel est le lien avec l’identité ou l’histoire du Val de Loire ? Définitivement rien. Bacchus n’est pas d’ici.

La Loire ne manque de figures littéraires éternelles comme Ronsard et Du Bellay dont l’amitié à fait naître La Pléiade ; Rabelais bien sûr dont la démesure gargantuesque sait garder la mesure de la Dive Bouteille. Le Dictionnaire amoureux de la Loire (Plon 2014) de l’académicienne Danièle Sallenave est une source inépuisable d’inspiration, de références et de belles figures.

L’œnotourisme est à mes yeux l’exact opposé de la relation «picolarde » à la boisson.

L’ouverture à la civilisation de la vigne et du vin, l’histoire millénaire et les paysages façonnés par des générations de vignerons sont ses trésors. En rien passéiste, les technologies et les modes de divertissement du XXIème siècle sont parfaitement adaptés à transmettre ces valeurs où le vin tient une place centrale ; l’œnotourisme ne connaît-il pas un sommet dans l’échange avec le vigneron au moment de la dégustation ?

Nous nous croyons bien placés pour en témoigner puisqu’en 5 ans Générations Vignerons a consacré 80 articles à l'œnotourisme en France, en Europe et dans le Nouveau monde.

Le royaume de Bacchus flotte sur le Tibre et pas sur la Loire. Ici, le roi s'appelle Rabelais !

Jean Philippe

Image à la Une : Peter Paul Rubens Musée de l'Hermitage St Petersburg

Crédits photos: ©Auberge des Isles, ©Val de Loire Travel, ©Domaine de Montcy, ©Domaine P et B Couly

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial