Seigneurs de l’Anjou noir

J’entre Passavant sur Layon dans l’application ViaMichelin, ça mouline un peu pour me donner l’information suivante : 108 km de Nantes, temps de trajet : 2h. Passavant est au centre d’un triangle improbable formé par Cholet, Bressuire et Saumur, loin des autoroutes, dans le Pays des Mauges en Anjou. Le Layon est cette rivière magique qui prend sa source dans les Deux-Sèvres pour se jeter dans la Loire à Chalonnes.

A Passavant, nous sommes dans le haut-Layon,

la rivière est ici plus proche d’un cours d’eau. Pourquoi magique ? Parce que ses brumes automnales favorisent le développement du Botrytis cinerea sur les grains de chenin gonflés de sucre et d’eau, le champignon absorbant l’eau, vous obtenez de belles concentrations qui font la renommée des chenins moelleux de l’AOC Coteaux du Layon.

la Paulée2C’est Foulques Nerra, le sanguinaire comte d’Anjou qui a bâti ici, autour de l’an mil le premier château fort, maintes fois détruit et reconstruit, précise notre guide. Après, on a beaucoup bataillé à Passavant : Guerre de 100 ans, guerres de religion, Vendée militaire. Normal, la place-forte était toujours en bout de territoire, en zone de conflit, exactement comme sa géologie : entre les schistes du massif armoricain et le calcaire du bassin parisien. Après tous ces traumatismes, le bourg tomba dans une certaine somnolence et se réveille tout juste pour accueillir la Paulée de l’Anjou noir, 5ème du nom ! On ne pouvait trouver plus bel endroit pour accueillir les 250 convives venus célébrer la fine fleur de l’Anjou viticole : ce château et son cellier magnifique, ces 55ha de vignes cultivées en biodynamie par Olivier et Claire Lecomte et leurs équipes.

A l’origine une poignée de vignerons de l’Anjou noir, menés par Jo Pithon, amoureux de leurs chenins et leurs cabernets, qui partageaient l’envie d’inscrire leurs vins dans un paysage. Les plus grands sont là : Mark Angeli, Patrick Baudouin, Tessa Laroche, Eric Morgat, Philippe Germain, Thomas Carsin, Jean-François Vaillant…Désolé de ne pas pouvoir vous citer tous, mais si on cumulait le nombre de médailles gagnées par les 32 domaines ici présents, c’est une corne d’abondance qu’il nous faudrait ! Ah ! J’oubliais,

tous les domaines sont certifiés en bio ou en biodynamie.

La promenade sensorielle et didactique de la matinée m’a permis de compléter mes connaissances géologiques, de comprendre la biodynamie en 15 minutes : Pour le 500, la bouse de cornes, on utilise un dynamiseur d’eau. Désolé, je n’ai rien compris.
UrsuleEt de faire connaissance avec Ursule, un cheval de trait, symbole de la biodynamie, au travail dans la vigne. Ma surprise venait de la charrue flambant neuve, à assistance électronique. Le cheval, comme la vigne, c’est du vivant, il sent le végétal et respecte les plants, il casse moins, nous indique Marie-Astrid Place, prestataire de services pour les domaines viticoles. J’ai compris qu’Ursule faisait aussi de l’attelage ou de la rando : polyvalent l’animal.

Petite halte ombragée,

les discourspour écouter le journaliste féru d’histoire Jean-Claude Bonnaud nous expliquer le rôle joué au 18ème siècle par les Hollandais, grands amateurs de goût sucré dans le développement des chenins moelleux. Une petite soif ? Ça tombe bien, nous nous retrouvons dans le cellier du château pour la dégustation de 64 cuvées, pour la plupart des Anjou blancs. Je n’ai pas résisté à l’appel de la Coulée de Serrant  2014 proposée par Virginie Joly, ni à l’Insolent 2014 de Guy Rochais, château de Plaisance un chenin sec récolté à Chaume : au nez, ça démarre comme un moelleux pour virer en bouche à la pure minéralité.

L'insolentL’Insolent a eu son quart d’heure de gloire, tout le monde voulait goûter ! Dans la cohue sympathique, j’en ai perdu mon carnet de dégustation. Le déjeuner qui suivit combla mes attentes de convivialité ; mes voisins cavistes, restaurateurs, journalistes commentaient la bonne ambiance et surtout l’énergie que distille la pierre de schiste à ces vignerons d’exception. Des magnums d’Anjou Blanc du château de Passavant circulant de table en table, apportaient fraicheur et vivacité. Eddy Oosterlinck, du domaine de la Juchepie, régala son monde avec son Coteaux du Layon Faye, parfaitement assorti au chocolat moelleux aux fruits rouges. Lors d’un bref moment de somnolence, je me suis laissé aller à rêver qu’un nouveau gourou mondial, genre Robert Parker, déclarait : je refuse de mettre ma flore intestinale en péril, alors je ne bois que du vin certifié en bio. Plus fort que le Brexit !

Jean-Philippe

photo à la Une : ©Office du Tourisme

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial