L’Elu de l’Anjou noir

«Essaie donc l’Aiglerie de Thomas Carsin pour ton petit apéro cochonnaille ! » Quand Stany, caviste en chef aux Carafés à Nantes donne un conseil, c’est toujours un bon conseil qu’il est préférable de suivre. Thomas Carsin et Grégoire du Bouëxic sont les deux compères à la quarantaine conquérante qui ont repris un domaine de 25 hectares – Le Clos de l’Élu  – à Saint Aubin de Luigné, en Maine et Loire à la fin des années 2000 ; le domaine est aujourd’hui en conversion biologique. Ils faisaient partie de mon programme de rencontres, d’autant qu’à la Paulée de l’Anjou Noir  de juillet dernier, la cuvée Aiglerie 2012, AOC Anjou avait eu les honneurs de leurs confrères et amis.

La saison n’étant pas propice aux déplacements dans le vignoble, je décidais de faire connaissance via la dégustation et l’exploration du site internet, en espérant conclure par une rencontre lors du Salon des Vins de Loire.

L’étiquette m’impressionne.

AiglerieLa marque : Domaine du Clos de l’Élu. Le produit : L’Aiglerie. C’est tout. Il y a du marketing derrière tout ça et beaucoup d’audace car on évacue tout le reste en contre-étiquette : 2012, Appellation Anjou Contrôlée (en gris foncé sur fond noir !) et les mentions obligatoires.

 

Ah ! J’oubliais ce petit poème anonyme qui ne manque pas de m’intriguer :

Le beau ténébreux, charmeur et décidé

Sa belle contre lui dans ses bras enlacée

Peaux douces et veloutées s’unissent pour ne faire qu’un

Saveurs suaves anisées, quel enivrant parfum.

Rien à ajouter, les mots font mouche et on a une envie urgente de déboucher la bouteille.

Via leur site internet, le vin me parle et moi, je commente :

Un premier nez mentholé s’ouvre sur la framboise mûre évoluant sur les herbes fraîches et les parfums de camphre (limite pharmaceutique).

Une bouche à l’attaque veloutée et gourmande (affirmatif) qui s’affine sur des tanins fins et serrés et une sensation soyeuse (affirmatif) insoupçonnable sur cabernet.

Thomas Carsin qui a longtemps roulé sa bosse vini-viticole en Californie, Champagne et Provence ajoute : « On commence en Beaujolais avec la macération carbonique et on termine dans le Rhône du Sud. »

Découverte de l’année 2015 du guide Bettane&Desseauve, le Clos de l’Élu, va rayonner bien au delà de l’Anjou noir ; d’autant qu’avec une note de 15 – tiens ! 15€ c’est aussi le prix de la bouteille – l’Aiglerie 2012 a fait causer autour de notre cochonnaille.

Merci Stany, c’était le bon choix.

Jean-Philippe

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial