Sur la route des vins du Québec

Une découverte inattendue : la Route des Vins de Brome-Missisquoi au Québec dans les cantons de l’Est, une région magnifique qui longe la frontière avec les USA : les points de vue sur le Vermont et la chaîne des Appalaches y sont nombreux.

Quelle curieuse idée d’y implanter un vignoble !

Pourtant les Cantons de l’Est sont la région la plus au sud de la province juste en dessous du 45ème parallèle et le climat y est plus clément. Bon, tout est relatif ! Ici l’hiver peut durer d’octobre à fin mars et les températures descendre jusqu’à -35°C : le réchauffement climatique y est bienvenu ! On y produit du vin rouge et du blanc et ce sont les vins de paille et les vins de glace qui sont les plus réputés.

img_slide5
L’histoire de ce vignoble est somme toute assez récente car elle débute en 1981 par la plantation de pinot noir et de cépages hybrides : maréchal foch, seyval blanc et autres frontenac plutôt résistants au froid au mildiou et à l’oïdium. Près d’une vingtaine de domaines y sont installés. J’ai eu envie d’aller voir ceux qui me paraissaient les plus originaux.

Première étape au vignoble des Pervenches.

Un petit domaine de 3,5 hectares entièrement bio
certifié par Ecocert. Le vignoble d’un seul tenant est situé sur une terre sablonneuse. Il est composé majoritairement de chardonnay palissé très haut, d’hybrides et de zweigelt, un cépage de raisins noirs autrichien. L’enherbement est important pour favoriser l’évaporation.

IMG_5851

 

Placée au centre de la parcelle, une « éolienne à l’envers » sorte d’immense ventilateur mû par un V8 capable de dissiper les brumes glaçantes les jours de grand froid. Son envergure permet de traiter les 3 hectares et demi du vignoble en même temps.

 

 

Là, MichIMG_5835ael Marler  produit 15000 bouteilles chaque année, avec sa compagne Véronique Hupin. Est-ce suffisant ? “on n’a pas forcément le dernier modèle de voiture” répond Mike, “mais on vit bien et on  fait ce qu’on veut : vinifier des raisins sans apport d’intrant chimique pour faire des vins naturels.  Avec notre gamme de cépages, nous les assemblons selon nos goûts et en fonction des millésimes”.

Il faut préciser qu’au Québec la réglementation n’est pas trop contraignante…

A la dégustation nous découvrons des arômes classiques mais des goûts inattendus :

-le Seyval Chardonnay 2013, un blanc plutôt sec aux aromes de miel adouci par le chardonnay et vinifié en barrique. En cherchant une comparaison, je le situerai entre chenin et cabernet sauvignon.

-la cuvée de Monmollins, vin rouge, cépage maréchal foch, note d’agrumes. Un vin de soif gouleyant à boire frais avec une légère acidité qui s’efface au profit d’un goût de bonbon. A retenir.

-le Solinou 2013, vin rouge fait d’assemblage de frontenac, chardonnay, zweigelt, pinot noir. Note de fruits rouges avec une certaine acidité qui n’est pas sans rappeler un gamay de Touraine ou un beaujolais qui ne serait pas au mieux de sa forme…

Chemin faisant sur la route de vins, si vous passez à Mystic,

IMG_5866N’hésitez pas à vous arrêter prendre un verre ou déjeuner à l’Oeuf, tout à la fois boutique restaurant, auberge, chocolaterie et brûlerie. Les produits sont de grande qualité et ce qui ne gâte rien, Pier Normandeau le patron est désopilant !

 

 

“Le rouge au Québec ? on a encore du chemin à parcourir !”

IMG_5893A Val Caudalies leur religion est faite. “Notre savoir-faire ce sont avant tout les vins de glace et les vendanges tardives”. Pour cela Guillaume Leroux, Alexis Perron et Julien Vaillancourt cultivent des cépages Vidal, Geisenheim,Vandal-Cliche et Kay Gray. “La culture de ces cépages hybrides nécessite de recouvrir de terre les pieds de vigne de l’automne au printemps pour les mettre à l’abri du froid: on appelle cette opération le buttage “.

 

Ici à Dunham nous dégustons leur vendanges tardives : un blanc assez réussi aux arômes de lychee, pas trop doux, à peine liquoreux. Un peu comme un vin d’Alsace ou un vin du Rhin, le vieillissement en barrique en moins car celui-ci est obtenu en container de PVC ! comptez 28$ can la bouteille de 37,5cl.

 

Nouvelle étape au Clos Saragnat, un domaine tout en bio,

811a0456selon les règles de la permaculture.  Christian Barthomeuf, notre nouvelle rencontre,  est un personnage haut en couleur qui compte au Québec : il a inventé le cidre de glace après avoir été pionnier dans le vignoble de la Province. En 2006 son vin a été élu meilleur vin de glace au monde et l’ensemble de son travail a contribué à créer une élan de reconnaissance de la part du Québec.

Pourtant Il se définit comme un vigneron rebelle à la manière d’Olivier Cousin cet autre rebelle de la Loire qu’il connaît bien. Robin des bois en lutte contre les lobbies de l’agrochimie. Quand ceux-ci parlent “traitement systémique”, lui, répond crottes d’oie pour les pommiers et crottin de cheval sur les pieds de vigne tous les 2 ou 3 ans…

Christian Berthomeuf, auvergnat de Saint Flour est parti au Canada en 1974 pour suivre sa blonde. Il y est resté. C’est là qu’il a découvert la vigne et a tout appris du vin en voyageant à travers le monde.
facadeAprès plusieurs expériences viticoles, avec Louise Dupuis sa compagne, il a planté sur son domaine actuel de 35 hectares, 3 hectares de pommiers et 1 hectare de vigne : Vidal, Geisenheim, Muscat NY, Bougnat et Gamay avec lesquels il produit chaque année 10.000 bouteilles. car Christian est un vigneron raisonnable qui n’a pas besoin de produire plus ! Bon c’est vrai qu’elles ne sont pas données ses bouteilles…

 

laboutiqueA la dégustation nous découvrons sans transition un cidre de pomme et miel qui n’a pas fermenté, à la différence de l’hydromel. C’est le Pomiel, un produit unique. Puis son cidre de glace Avalanche 2011 dont le parfum et la suavité nous donnent un instant l’illusion que nous dégustons son fameux vin de glace…Mais non celui-là ce sera pour une autre année car toute la production du Clos Saragnat est écoulée.

 

PailletranspsmallAlors, et c’est là un moment d’apothéose, Christian Berthomeuf ouvre une bouteille de vin liquoreux de paille 2012. Là, croyez-moi, Je regrette de ne pas avoir apporté le foie gras ! C’est juste le raisin, rien d’autre. Et pas de paille non plus car à -10° elle resterait accrochée au grain. Et pas de passage en barrique qui atténuerait le goût du fruit. C’est tout simple : le fruit mis en majesté. Christian Barthomeuf lui revendique une longueur de bouche de 20 minutes !

Alors qui dit mieux ?

Vin liquoreux de Paille 2012 : 40$can pour  35cl

François

www.lespervenches.com

www.valcaudalies.com

www.clossaragnat.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire